Charles III , successeur des Charles aux funestes destins

Ceux qui s’intéressent à la psycho transgénéalogie  chercheront  un lien entre le thème du nouveau roi Charles III,  et ceux qui l’ont précédé et, portant le même prénom.  On étudie les ancêtres au nom de Charles mais aussi la racine du prénom en tant que vibration, Ce n’est pas de la superstition de penser qu’un prénom puisse peser sur le destin de quelqu’un, surtout  un roi !

Charles  est un prénom dérivé du prénom latin “Carolus”, lui-même issu du germanique “Karl” dont la signification est “homme”. Ce fut un prénom très rependu. C, la première lettre   rappelle en français l’affirmation “c’est” qui désigne quelque chose ou quelqu’un  qui affirme l’existence de quelque chose , et  le mot “sait” qui fait référence à quelqu’un de savant.

Si l’on décompose Cha- r- le, avec ou sans s, c’est le chat,  animal qui f emblématique chez les  égyptiens , le R donnant air, la liberté, et l’indépendance, le changement, la fluidité, la souplesse, et la vivacité,  ce qui désigne bien quelqu’un qui est doux mais qui veut qu’on le laisse tranquille ,  puisqu’il se prête mais ne se donne pas, avec un art de la dissimulation pour capturer ses proies avec détermination, et finalement réussir à faire ce qu’il voulait. On pourra aussi parler de Char – le,   celui qui se déplace, le guerrier qui attaque, celui qui guide les autres  (lire aussi : la langue des oiseaux de Eric  Bigé)

Sur le plan historique, Charles III,  successeur d’Elisabeth II, depuis le 10 au matin, vient de Charles Ier au bien funeste destin, puisqu’il eut la tête tranchée durant une longue période  de révolution.  Ceci peut vous paraitre commun puisque nous même l’avons fait à Louis XVI, mais c’est unique dans l’histoire anglaise, qui a surtout coupé des têtes de reines, car ils ont toujours été pour l’égalité des sexes. Les anglo-saxons ont donc, fait une révolution avant nous, ce dont ils ne font pas grand bruit.

Voici un   résumé de cette grande histoire, vous allez voir, elle est intéressante !

“Charles Ier est  né le   et, mort le   – Écosse -, il fut  roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande de 1625 à son exécution en 1649. Petit-fils de la reine Marie Stuart (exécutée par Elisabeth Ier) et fils du roi Jacques Stuart, il succède à ce dernier à sa mort, le .

Dès le début de son règne, Charles Ier affronte le Parlement d’Angleterre pour accroître ses revenus, alors que ce dernier cherche à limiter les prérogatives royales, que le roi considère être de droit divin. Ses interférences dans les affaires religieuses des Églises d’Angleterre et d’Écosse, et ses hausses d’impôts sans l’accord du Parlement, sont très mal acceptées par certains prédicateurs protestants, qui le considèrent comme un monarque absolu et un tyran.

“Son refus de soutenir durablement les forces protestantes durant la guerre de Trente Ans, associé à son mariage avec une princesse catholique, Henriette-Marie de France, soulèvent également des interrogations quant à sa religion. Charles Ier s’allie par ailleurs à des figures ecclésiastiques controversées. Tout cela fait que de nombreux sujets de discorde : les puritains considérèrent que l’Église d’Angleterre se rapproche trop de l’Église catholique. Enfin, ses tentatives pour imposer des réformes religieuses en Écosse sont la cause des “guerres des évêques”, qui renforcent la position des parlements anglais et écossais, et précipitent sa chute.

Les dernières années de Charles Ier sont marquées par les guerres et par la Première révolution anglaise, au cours de laquelle il affronte les forces parlementaires (les têtes rondes). Ses troupes sont défaites lors de la première guerre civile (1642 – 1645) ; le Parlement escompte alors qu’il accepterait ses demandes de monarchie constitutionnelle, mais il refuse de négocier et forge une alliance avec l’Écosse, avant de s’enfuir sur l’île de Wight. Cela déclencha une deuxième guerre civile (1648 – 1649), où Charles Ier est de nouveau battu, puis arrêté en 1647, jugé et exécuté pour haute trahison.

Bien que le Parlement d’Écosse ait proclamé le jeune Charles roi d’Angleterre et d’Irlande à Édimbourg, quelques jours après l’exécution de son père, le Parlement d’Angleterre vota une loi interdisant une telle succession et entra dans un interrègne où le pays, devenu “Commonwealth d’Angleterre“, devint de facto une République dirigée par Oliver Cromwell qui gouverna le pays en quasi-dictateur, la  monarchie étant abolie,  après qu’il eu vaincu Charles, à peine âgé de 20 ans,  à Worcester en 1651. Charles fugitif,  passa près d’une décennie en exil en France, aux Provinces-Unies et dans les Pays-Bas espagnols. Mais la mort de Cromwell, en 1658, donna lieu à une crise politique qui permis la restauration de la monarchie.   Charles II, monte sur le trône en 1660, le jour de son trentième anniversaire : en 1665,  la peste noire   ravage le royaume, en 1666, c’est le grand incendie de Londres qui  détruit 13.200 maisons, 87 églises paroissiales et de nombreux autres bâtiments publics.

L’hédonisme qui règna à la cour de Charles II et le soulagement consécutif à la fin d’une décennie passée sous la férule de Cromwell et des puritains lui ont valu le surnom de Merry Monarch, « le monarque joyeux ». Si son épouse, Catherine de Bragance, ne lui donna pas d’enfants, il engendra en revanche une douzaine d’enfants adultérins avec ses diverses maîtresses. En politique étrangère, le début de son règne est marqué par la Deuxième Guerre anglo-néerlandaise et en 1670, Charles signe en secret le traité de Douvres avec son cousin germain Louis XIV qui accepte de l’aider  lors de la Troisième Guerre anglo-néerlandaise s’il s’engage à se convertir au catholicisme à une date non précisée. Charles tente d’introduire une plus grande liberté de religion pour les catholiques et les protestants non conformistes avec sa “déclaration d’indulgence royale” de 1672, mais le Parlement anglais refuse de la voter.

En 1679, les révélations sur un prétendu « complot papiste » entraînent une crise  visant à exclure de la succession au trône le frère cadet, Jacques Stuart, en raison de sa foi catholique. Cette crise entraîne la naissance du parti whig (travaillistes actuels) , et du parti tory (conservateurs), qui lui est opposé.  Charles gouverne seul à partir de 1681 jusqu’à sa mort quatre ans plus tard, et se convertit au catholicisme sur son lit de mort. Sans héritier légitime, Son frère Jacques qui lui succéde  sous le nom de Jacques II (sources wikipedia). es,  intronisé le 10 septembre 2022, fils d’Elisabeth II.

Charles III, est bien connu par les tabloïds, on a tout raconté sur sa vie. On connait son caractère et ses passions : il est écologiste, il a exploité un domaine avec un label vert, il récupère les eaux de pluie, il vide à fonds les tubes de dentifrice, du coup on l’a traité de radin. Il a eu une éducation spartiate dans un collège écossais où il se lavait à l’eau froide en hiver, il n’a pas reçu assez d’affection de sa mère, qui a  du se séparer de ses enfants en les confiant à des gouvernantes du fait  de ces incessants voyages, notamment pour aller en Australie, en bateau au début de son règne.

Le texte sur Camilla, et les nombreux textes astrologiques sur Diana dans le blog, donnent des indications sur sa vie intime, mais aussi sur la famille royale.

En ce qui le concerne, on sait qu’il peint de belles aquarelles, aime avant tout la nature et  l’architecture classique, qu’il a du  mal à se taire quand il devrait le faire, alors que, le grand talent de sa mère consistait à savoir le faire en se contentant d’accomplir des gestes symboliques très porteurs de sens.  On a vu que c’était un homme compatissant et un bon père de famille , lors des obsèques de Diana  (même si c’est son attitude de froideur,    a poussé celle-ci dans une impasse). Certains anglais lui en veulent beaucoup à cause de cela. Il a vécu son purgatoire sur le plan de son amour propre,  étant décrié pour son physique, son manque de charisme, et une incompréhension totale du  peuple,  à cause de la froideur et de  l’indifférence, dont il semble avoir fait preuve envers Diana.  Le jour de son mariage avec Camilla, il a du se contenter d’une bénédiction dans une chapelle et a subit des sifflets à la sortie. Le fait qu’on l’encense en ce moment, n’y changera rien. Des événements douloureux  n’ont pu que créer en lui haine et esprit de revanche avec son Pluton devenu retrograde. Neptune rétrograde après la crise de doute,  peut lui avoir fait expérimenter les valeurs de compassion (mort violente et enterrement de Diana ) quant à Saturne qui devient retrograde, il s’agit d’épreuves minant la patience, et obligeant à subir des lois qu’on réfute, dans ce cas il s’agit d’un retour du passé obligeant à réévaluer sa conduite. Tout cela est derrière lui : Camilla est maintenant sa reine consort (elle ne peut jouer qu’un rôle de représentation, comme le prince Philipp), mais il en a fait mention.

Né le 13 novembre 1948 à Londres, il est passionné comme peuvent l’être les AS Lion, Ascendant sur lequel se situe  Pluton qui est le maitre de son Soleil en Scorpion, de Mercure, et régent karmique sud .Pluton est donc très puissant, il s’agit de force intérieure autant que de libido.

Son Soleil est conjoint au nœud sud, et à Mercure en IV en Scorpion: “ce que je porte en moi est  manifesté dans mon foyer et, cela montre qui je suis” – on dit qu’ il va transformer Buckingham Palace en bureaux, pour vivre à Clarence House. Je suppose que Camilla ne veut pas vivre dans ce palais couteux dans Diana a été si malheureuse,   mais ce sera un acte très fort de sa part.

Dans la maison I , il a  Saturne en Vierge qui indique la frustration  , et son gout pour les médecines naturelles, comme pour le bio.  Ses palais (tous ?) sont équipés de récupérateur d’eau de pluie. 

Saturne, qui structure et limite dans l’économie de moyens est opposé à la lune noire en VIII,   une lune noire qui l’a conduit toute sa vie par des chemins de traverse : Camilla. La sévérité et l’obéissance  qu’on lui a imposée (élevé dans un pensionnat  où l’on pratiquait les châtiments corporels, en se lavant à l’eau froide été comme hiver) fut donc battue en brèche par son histoire d’amour fou, quant à Diana, elle est surement son plus grand remord.

Saturne, Neptune et Pluton sont devenus au cours de sa vie rétrogrades par progression, ce qui implique qu’il ait eu des crises fatales qui l’ont obligé à repenser sa manière de voir et d’être tant du point de vue sexuel que du point de vue affectif (on sait que durant son voyage de noce avec Diana, il téléphonait  Camilla à laquelle il a offert le même bracelet).

La conjonction Saturne- Pluton* en Lion appartient à la génération de 1946/mi 48, indiquant un désir de transformation et de structuration  de l’ego universel, qui passe par l’ego individuel. Son Pluton en Lion et son Saturne en Vierge ,  lui donne une attitude entre les deux, où l’on remet fortement en question l’autorité, tout en étant écolo !

La lune conjointe au nœud nord  indique cette femme maternelle qui lui est indispensable (Camilla a un amas de planètes en Cancer).   

La disparition de la reine  correspond au retour de son axe  nodal à la place natal entre le Scorpion et le Taureau,  sur l’axe IV/X qui concerne  le foyer, la situation familiale, les racines en IV, le pouvoir, la situation sociale et sa vocation en X en Taureau, qui n’était peut-être  pas de régner, mais plutôt d’être un gentleman farmer. Pourtant la lune en IX/X pourrait lui faire jouer un rôle plus important que celui de potiche.

Le passage d’Uranus sur le nœud nord en Taureau indique chez lui, et, d’une manière générale, tout transit d’Uranus signale un changement profond qui peut nous mettre en rapport avec de nouveaux amis en perdant les anciens, qui nous fait  aller vers une intériorisation  qui peut nous isoler volontairement ou involontairement, mais qui fera de nous une personne différente. Avec les changements d’Uranus il faut qu’il y ait une verticalisation, afin de chercher le sens de tout ceci.

Son Chiron personnel est en conjonction au nœud sud en Scorpion, il est passé par des épreuves privées douloureuses. Chiron  actuellement se situant en Bélier à 15° avec Jupiter rétrograde à 6°, favorise l’action de Mars son maitre, seconde planète gouvernant le Scorpion. Son père et sa mère son morte en moins de deux ans, et il se retrouve être le patriarche de la famille.

Élevé durement pour régner, il a  attendu, plus de quarante ans , l’âge auquel on aspire à la retraite ! “La firme”, comme ils appellent la monarchie, rapporte, à condition de tout lui  sacrifier ou presque. Son enfant intérieur pleurera la mère, mais pas le PDG. Il est possible aussi qu’il adoucisse les sanctions prononcées par la reine, vis-à-vis de Harry et Meghan (et, peut-être celles vis-à-vis de son frère  Édouard).

Son Jupiter en Sagittaire en domicile,  conjoint à Mars, maitre de sa lune en Bélier, second maitre du Soleil,  qui fait de lui un protecteur bienveillant, en  fera un protecteur de la terre,   sans doute très actif : il va devoir affronter les décisions non écologiques de forer le sol pour extraire du gaz de schiste, à cause du déficit en énergie ! 

Le maitre de la VI – travail/santé –  Saturne  étant en I, il ne va pas chômer dans le contexte actuel. Tout le monde pense que le plus dur pour lui sera de rester neutre, face aux décisions du parlement, quelles qu’elles soient. J’ajouterais ici un mot sur la position des monarques en Grande-Bretagne, qui jouent quand même plus qu’un rôle représentatif, quoiqu’on en dise,  à partir du moment où ils s’investissent dans leur tâche de diplomates, d’ambassadeurs, de représentants du pays, et d’interface en cas de crise gouvernementale grave  en cas de vents contraires, ils sont les piliers vers lesquels la nation se tourne (voir l’histoire de Charles II).

La Lune au MC indique bien la popularité, et il risque de surprendre agréablement durant cette période de crises aiguës. Il arrive au pouvoir royal, en même temps que la nouvelle première ministre Liz Truss, qui lui a prêté serment dans la foulée, et qui  porte les valeurs conservatrices et autoritaires de sa défunte mère tout en portant son diminutif !

Les transits progressès, ceux  du jour de son intronisation sont positifs Vénus transite sur son Saturne en I. Il est apparu  affecté lors de ses allocutions.  Lentement Saturne sortant de sa rétrogradation en octobre,  entrera en VII, les autres, amis et ennemis, opposé à son Saturne natal, mais lorsqu’on a le pouvoir on a tout de suite beaucoup plus d’amis. Il est possible que justement il est besoin de plus de solitude, à moins que ce ne soit sa santé qui  subisse le contre coup des événements.

La lune du 10/9 est conjointe à sa Lune noire en secteur VIII des héritages**: à ce niveau il aura surement à faire à des récriminations de la part de ceux qui se sentiront frustrés et c’est là qu’il devra compenser par plus de verticalité.

Uranus de transit en Taureau dans sa maison X, est sur son MC, la situation sociale, son implantation dans la société, sa vocation qui pourra sans agir ouvertement lui donner le pouvoir d’insuffler des directions au niveau écologique. La reine étant du Taureau l’a subit de plein fouet. Son Mercure progressé est entré dans sa phase de retrogradation ce qui a un rapport avec le départ de Harry,  son cadet, pour lequel il semble avoir une attirance,  Mercure Prométhée qui dans le natal se situe au nœud sud. Son ainé est symbolisé par Mars qui est conjoint à son Jupiter indiquant, qu’il a une position plus avantageuse !

Le Soleil est dans sa maison II de l’argent, du patrimoine personnel qui augmente considérablement*. L’entrée de Pluton en VI indique le changement d’activités.

Sa Lune progressée est en   maison V,  du  rayonnement, Vénus progressée est conjointe à Jupiter. progressée et à sa part de fortune à 20°  en V, elles seront  rejointes par sa lune progressée à 9°46 dans moins dix mois lui permettant de s’épanouir dans son rôle avec sa reine consort.

 

*La conjonction Saturne- Pluton en Lion appartient à la génération de 1946/48, indiquant un désir de transformation et de structuration  de l’ego universel   précédant l’arrivée durant les années soixante  de la conjonction  Pluton-Uranus en Vierge, qui a fait faire aux générations nées à ce moment là un tri  et un changement encore plus sévère (véritable naissance de l’écologie), avant le passage de Pluton  en Scorpion qui la fin d’une certaine liberté sexuelle à cause du SIDA, mais du coup, la visibilité des communautés gay qui furent fortement touchée,  puis l’arrivée de Pluton en Sagittaire où enfin, il s’agissait de spiritualiser la matière,  ce qui a favorisé le mariage gay,  par exemple. Au Capricorne, où nous nous trouvons , il s’agit de transformer les rapports de pouvoir dans la société, dans les gouvernements,  par des actions de Mars avant d’arriver à Pluton en Verseau en 2025.

*le dernier roi anglais à naitre en Ecosse d’une princesse danoise.

**l’héritage officiel est le suivant : 450.millions de livres, plus les biens immobiliers, l’écurie de courses qui rapporte plusieurs millions d’euros chaque année, les bijoux personnels – dont une  partie pourraient appartenir à  leur ancêtre Nicolas Romanov , – en dehors de ceux de la tour de Londres qui appartiennent au pays – les collections dont une  collections de timbres de 100 millions d’euros héritée du roi Georges , les propriétés privées de Balmoral, de Sandringham, le duché de Lancaster qui génère 24 millions de livres par an,  sans droit de succession . Le “domaine de la couronne” est un portefeuille de 16 milliard de livres qui a rapporté 300 millions de livres en 21 et les Windsors cédent l’intégralité de ces revenus à l’état qui en contrepartie leur reverse 25% des bénéfices sous la forme d’une allocation annuelle (86 millions de livres ou 99 millions d’euros). Je précise qu’au Royaume-Uni, le Crown Estate (c’est-à-dire le « Domaine royal » ou « Domaine de la Couronne ») gère le portefeuille des actifs associés à la Couronne britannique. Auparavant, il s’agissait de l’ensemble des biens possédés par les souverains. William récupère de son père, le duché de Cornouailles d’ un milliard.

***Consort  : En droit constitutionnel anglais, ce mot s’applique au mari ou à la femme d’un souverain régnant, considéré non au point de vue de sa capacité privée, mais bien de sa capacité politique et de sa participation très limitée aux prérogatives royales. – Encycl. La reine consort (queen consort) est ainsi désignée pour la distinguer de la reine régnante (queen regnant) qui tient sa couronne de ses droits personnels comme la reine Élisabeth II . Au point de vue de ses biens, cette reine consort est considérée comme une feme sole, c’est-à-dire une célibataire indépendante de son mari. Ses revenus sont personnels ainsi que les privilèges qui lui sont attribués. Le consort, notamment le mari d’une reine régnante, est le sujet de son conjoint.

**** Mars 1917, le Tsar Nicolas II abdique et se retrouve aux mains du  Gouvernement provisoire. Au palais de Buckingham, c’est l’effervescence. Les rapports sur la situation en Russie défilent devant le roi Georges V. Il faut sauver le cousin « Nicky ». Londres et Petrograd entament alors rapidement des négociations pour le rapatriement de la famille impériale Romanov, bien que le premier ministre Lloyd George ait émis au monarque britannique, de fortes réserves sur ce projet. Dans les veines des deux souverains, qui partagent une étrange ressemblance physique, un seul et même sang, celui de cette Allemagne que combattent ces deux monarchies en Europe. L’absolutisme russe est détesté des britanniques et le roi le sait. Il craint lui-même qu’une révolution n’éclate en Angleterre et ne provoque sa chute. Il décide finalement de se rétracter et de laisser les Romanov affronter, seuls, leur funeste sort. Mais on sait que des bijoux ont transité. Le roi Gustave V de Suède, alors souverain d’un pays neutre, proposa par voie diplomatique d’envoyer des secours aux membres de la famille Romanov exposés à tous les dangers, mais les Français et les Britanniques refusèrent de dépêcher des navires en mer Noire. Les différentes tentatives de sauvetage des membres de la famille Romanov furent repoussés par les alliés de la Russie impériale, ces refus provoquèrent la mort grands-ducs, grandes-duchesse et princes de Russie du tzar Nicolas de sa femme et de ses enfants .

https/www.monarchiebritannique.com/pages/histoire/portraits/membres-de-la-famille-royale/des-battenberg-aux-mountbatten-une-ambition-pour-un-trone.html

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.