Quels défis pour la nouvelle lune de mai

Ce qui caractérise la Nouvelle lune de mai, n’est pas l’accumulation de planètes dans le signe Lune -Soleil -Uranus -Lune noire, bien qu’elles amènent un changement matériel par Uranus, ambigu avec la lune noire : c’est surtout le carré entre les planètes en Verseau* avec  Saturne qui va faire perdurer l’ ambiance spéciale dans laquelle nous vivons depuis des mois. 

Le Taureau nous invite à vivre proche de la nature, mais avec Uranus, on a vu l’apparition du virtuel  (Verseau) et de la distanciation (non ego Verseau)  prendre dans notre vie des proportions jamais atteintes jusqu’ici. Certains le refuse, mais y sont contraints malgré tout.

Uranus maitrise Saturne et Jupiter : c’est lui qui, même gêné en Taureau par la lenteur et le conservatisme du signe, prend la main sur les anciennes coutumes et manières de vivre !

Les va-et-vient entre deux styles de vie, virtuel ou naturel sont incessants. Le changement c’est maintenant, mais pas de la manière dont l’envisageaient les révolutionnaires traditionnels de la rue en 2019.

Déjà, il faudrait sortir de la situation, ce qui n’est pas immédiat, et entre temps, nous aurons pris de nouveaux réflexes : plutôt que de prendre une voiture polluante  pour aller acheter quelque chose, nous le commanderons sur internet (en tout cas beaucoup le feront), compte tenu de l’habitude prise face aux multiples   distanciations sociales : après tout que de temps et d’energie sont  gagnés !

Déjà nous avons pris l’habitude du “drive” (quand nous le pouvons), qui fait gagner un temps précieux, et quatre manipulations entre le chariot et la voiture ! Les personnes qui font du télé-travail sont en pantoufles, et peuvent lancer une machine en travaillant. 

Le retour vers la nature  Taureau se fait en même temps, puisqu’il n’est plus nécessaire de se perdre dans des embouteillages, de prendre des trains. Croyez-moi, ces habitudes ne vont pas se perdre : les jeunes et le vieux  les ont déjà  acquises, et se rencontrent en réseaux ; c’est d’ailleurs le principal danger de la situation : elle désocialise totalement ! Mais après tout rencontrer l’autre, quand on n’en a pas besoin, à quoi bon ? Les relations sont déjà tellement peu naturelles, entre des gens qui “consomment” les autres, les groupes, comme moyen de se distraire sans jamais s’impliquer personnellement, en manifestant une amitié de circonstance !

Des enjeux majeurs sont donc entrain de se produire. Le matériel d’origine naturelle symbolisé par le Taureau, est déconstruit par ces nouvelles habitudes de consommation c’est le grand écart entre le bio, les “anarchistes” de tout bord, et les traditions. Les nouvelles idéologies lancées par les “extrémistes” verts appelant à la décroissance : il n’est pas étonnant que ce mouvement se fasse entendre au  prétexte du changement climatique, et il y a toute les chances de penser que ceci ira  en s’accentuant  lorsque Pluton sera en Verseau en 2025, les planètes lentes Jupiter et Saturne en Poissons* durant leur passage auparavant auront encore plus accentué les illusions utopiques de la plupart  “en noyant les Poissons”,  si vous me permettez l’expression, sous des injonctions de catastrophes.

Un monde de nouvelles utopies  essaient de remplacer les anciennes en les remisant au placard,  le monde moderne apparaissant comme trop compliqué, dur, couteux ! Mais qui financera la santé de ces hippies tristes, lorsqu’ils auront tout déconstruit , que mangerons-nous quand il n’y aura plus de paysans  pour élever nos vaches devenues des idoles à préserver  (voir la pauvreté endémique de l’Inde),  les cabanes dans les arbres résisteront-elles aux tempêtes climatiques qui nous assaillent ? Filons -nous vers le monde d’Orwell ?

Actuellement, l’axe Gémeaux-Sagittaire qui a été carré à Neptune le 26 janvier 21, s’est défait en février-Mars ,  faisant espérer une amélioration de la contagion Covid (ce qui n’est pas encore visible). Pour certains d’entre-nous concernés par cet axe, ceci a diffusé une sensation dépressive pénible à cause de la perspective de  revoir venir , encore, une année blanche,  s’ajoutant à la gravité de l’insécurité matérielle, s’aggravant de ce fait.

Bien sur, on déconfine, mais sous la pressions de la reprise du Covid, et avec la perspective de vaccination en septembre, quand tout le monde se sera bien mélangé avec les nouvelles variantes : Soleil et Lune, Lune noire  formant sextil à Neptune ! 

Nous avons un sextil Mars – Uranus intéressant par sa violence contenue, formant yod avec deux quinconces vers le noeud sud, le passé : les philosophies passées en Sagittaire, le désir de voyages, les égarements de l’ancienne civilisation occidentale qui devraient se remettre en cause par des actes progressistes.

L’attitude à adopter est la prudence, avec un mental positif, en se disant que les extrêmes sont toujours mauvais, ce qui est difficile à faire comprendre aux occidentaux méditerranéens que nous sommes,  qui pensent que seule la passion vaut la peine d’être vécue.

*la planète rapide Jupiter se sépare progressivement de Saturne qu’elle suit dans le Verseau   en conjonction pour s’éloigner définitivement au début du mois de mars (elle quitte le Verseau en mai  2021 pour entrer en Poissons, réintégrant le Verseau  le 29 juillet 21 en rétrogradation jusqu’à 22° , redevenant directe pour partir définitivement le 30 décembre 2021 en Poissons).

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.