Les quatorze jours devant nous : l’éloge de la lenteur

La Pleine lune du 27 février donne une tendance des quinze jours devant nous, jusqu’à la nouvelle lune prochaine. C’est la “politique des petits pas” face au Covid, on ménage les affaires et on compte les malades… on évacue les malades, on ne compte que les morts des autres pour se rassurer : ne pas donner de conseils, ne pas se plaindre, ne pas critiquer, ne pas faire un mouvement, nous pratiquons la pensée positive celle qui nous protège le plus car nous n’avons pas le choix, les injonctions paradoxales pleuvant de tout côtés. 

Après la pleine lune, nous sommes dans le cycle décroissant, les choses devraient un peu s’apaiser. Au niveau de la marche Soleil – Lune , ces quatorze jours devraient s’alléger un peu du fait de quelques aspects doux.

Nous avons toujours des aspects de carrés   entre Uranus en Verseau et les planètes Jupiter-Saturne et Mercure  en Taureau en conjonction étroite, mais comme les planètes Vénus, lune et le soleil sont passées en Poissons, ceci allège enfin le nombre de carrés , carrés qui sont , comme chacun sait maintenant en astrologie humaniste, considérés comme des moments de crise à surmonter.

Je favorise dans mes analyses les planètes lentes, parce qu’elles font le lit du ciel, ensuite les rapides donnent le moment, l’instant, parce que leur vitesse les fait bouger  plus vite ou très vite. Toute la vie est là.

La marche de la lune est la plus rapide, elle fait le tour  en 27 j et 8 h 20, en révolution zodiacal tandis que Pluton met 247 ans 7 mois. Entre,  nous avons Mercure et Vénus  mettant 1 an, en ne s’éloignant jamais du Soleil, Mars 1 an et trois mois, Jupiter 11 ans et 3 mois, Saturne 29 ans et 1 mois et demi, Chiron 50 ans et 2 mois, Uranus 84 ans  (beaucoup de gens disparaissent autour de cet âge), Neptune 163 ans 2 mois. Or  ces planètes font des aspects avec nos planètes personnelles tout au long de notre vie. Ceci vous permet de voir que la marche de la Lune n’est qu’un instant au sein de cette configuration planètaire du 27.

Actuellement, ce qui est marquant, c’est la conjonction entre  Jupiter 16° à Saturne 8°, même si elle a déjà été exacte dans le Verseau le 1er janvier 2021. , les deux planètes se suivent dans le Verseau. Le sens de ce couple au plan politique, d’après Astrid Fallon  c’est lorsque c’est mal aspecté (ce qui est le cas de la conjonction), des bouleversements politiques, des ruptures d’alliances, des échecs diplomatiques, le trouble, et le désordre ;  mais il y a relance des marchés …  et un  enrichissement spéculatif certain” (les plus riches deviennent plus riches). Durant ce demi-cycle,  qui se fait sur dix ans (conjonction puis opposition, puis retour), “on vit plus au ralenti dans le sens où l’on a besoin d’assimiler les changements, qui auraient été trop rapides, c’est le moment de réparer les erreurs du passé.”

Pour le moment,  Jupiter en Verseau va passer en Poissons le 14 mai, et espérons le mieux pour les Poissons,  qui contiendront encore Neptune en carré à l’axe nodal,  

mais, elle va rétrograder le 2 juillet vers le Verseau, au moment où elle sera à  2° en Poissons,

puis ,  elle redeviendra directe en Verseau, le 18 octobre à 22°20,

pour revenir en  Poissons le 29 décembre 2021.

Elle aura parcouru 8°  en marche rétrograde,  Jupiter étant notre protection (et notre protecteur ! ). Il semblerait qu’on change de cap durant l’été (avec une arrivée  massive de doses ?).

Dans ce ciel du 27  courant, on voit l’opposition de l’axe nodal en Gémeaux – Sagittaire, avec leurs  régents karmiques, Jupiter et Mercure, en conjonction avec Saturne : la communication et les déplacements sont limités , on parle sur internet (Verseau) mais de moins en moins entre nous ! On nous bloque,  mais on nous rassure  par des paroles réconfortantes : pas d’actions mais des mots rassurants, comme à des enfants.

La Lune en Vierge trigone Uranus demande une action  fulgurante, qui soutiendrait l’action du trigone Mars-Pluton, un  bon aspect entre deux signes concrets de terre  entre deux planètes très dures qui peuvent faire montre d’une action vigoureuse.  

Le Soleil fait  un sextil avec Uranus, promettant un changement qui devrait être fulgurant dans la  pratique.

Le quinconce Lune 8° – Chiron 7° quasi exact indique une tentative de réconfort faites pas des promesses qui pour le moment  n’ont pas pu  être tenues. 

Le sextil Chiron – Saturne, forcera à plus d’initiatives et  d’organisation afin d’ aider les soignants qui sont débordés comme en mars 2020. Ce ciel est un des meilleurs  que nous ayons eu depuis le 1er janvier !

Mars entrera en Gémeaux le 5 mars, se rapprochant dès mi-mars de   l’axe nodal  carré à Neptune 20°, et secouera la lenteur insufflée par la conjonction lune noire et Uranus, puis Mars dans le signe du Taureau. 

On notera que Lune, Soleil et Saturne, ces planètes qui pour les anciens étaient le début et la fin de ce qu’on pouvait appréhender du ciel, se situent sur un degré 8. Je laisse les numérologues spéculer là-dessus. La stratégie du “vivre avec” va devenir celle du “mourir à cause”.

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.