Le minotaure et le labyrinthe

Le mythe du minotaure, une créature mi -homme mi-taureau,  est un des plus importants de la mythologie grecque. Il fait partie des symboliques qu’on rattachera facilement au signe du Taureau puisqu’il parle de cet animal jouisseur et matérialiste, avide de plaisir, dont le sang  fertilise la terre, lors de son sacrifice. En fait dans le minotaure  – l’opposé  du Taureau –  le signe du Scorpion (en astro) –  est la partie “pensante” séparée de la partie animale (il va s’en dire qu’aucun signe n’est plus parfait qu’un autre, ils sont  axés sur des évolutions différentes et sont complémentaires)  ; Ceci  est le paradoxe des signes mi-homme mi-bête, (comme le Sagittaire  en face duquel se situent les Gémeaux).  Dans les axes de signe nous avons toujours le signe de base dans sa solitude et le signe  en rapport avec les autres.

Depuis le christianisme, on était enclin à voir le mal dans la bestialité (je pense donc je suis… humain), alors qu’aujourd’hui,  nous constatons, bien entendu, que face à l’animal , l’homme surpasse en noirceur,  fruit de son “libre” arbitre !

Ce mythe a laissé des traces dans l’histoire de la Civilisation . Depuis le 3e millénaire av J.C. on le retrouve représenté sur des débris de céramiques, on trouve des gravures sur des rochers, il  apparaît sur la monnaie Crétoise jusqu’au 1er siècle av J.C.

La ville d’Athènes ayant perdu une bataille contre la Crète,  était obligée d’envoyer sept jeunes hommes et sept jeunes filles en sacrifice au Minotaure : le Labyrinthe était une construction complexe qui se trouvait à Knossos, construit par l’ingénieur Dédale pour le roi mythique  de Crète, Minos,  afin d’y  enfermer le Minotaure. Thésée,  fils du roi d’Athènes décida de  tuer le Minotaure et de libérer la ville d’Athènes de la souveraineté de Crète.

La fille du roi Minos, Ariane  lui donna  une pelote de fil pour lui permettre de retrouver la sortie du labyrinthe, après son exploit : Thésée est entré dans le labyrinthe, a tué le Minotaure et s’est sauvé de Crète en emmenant Ariane. 

La forme la plus connue du labyrinthe est la forme du labyrinthe Crétois où il y a seulement une route sans ramifications qui change de direction tout le temps. L’intérieur se compose de plusieurs ramifications, il mène obligatoirement dans le centre où le visiteur doit faire marche en arrière et parcourir à nouveau le même chemin.

Les sept anneaux des sentiers se font en dessinant une croix et quatre points (les quatre points cardinaux) qu’on relie jusqu’à former huit cycles concentriques en laissant sept anneaux vides. Pendant l’Empire Romain, on l’a vu sur  des représentations en mosaïques. 

Le labyrinthe Crétois  symbolise le parcours de la vie humaine. Les sept anneaux représentent les sept sphères des planètes  connues à cette époque  -Soleil et Lune-Mercure-Vénus-Mars-Jupiter-Saturne,  les sept commencements de l’homme et de l’univers , les sept semaines, la circulation de l’énergie vitale dans le corps humain,   les sept chakras . Toutes les légendes sont liées et parlent de notre nécessaire évolution  Le passage au centre du Labyrinthe et le retour à la périphérie  consiste en un voyage au centre de notre existence, le voyage de la vie et finalement à la compréhension de qui nous sommes.

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.