la concentration des forces planètaires

La concentration des planètes dans la même partie du ciel est toujours une concentration de puissance intéressante mais dangereuse,  à l’image de l’avancée de la maladie et des efforts produits pour la vaincre dans le monde, la distance entre Pluton et Mars, est celle d’un biquintil 144° – deux fois 72° résultant de la division du cercle par 5, le chiffre de l’homme (symbolisé par le dessin de l’Homme de Vitruve), la croix de la réalisation, de la puissance de l’homme incarné dans la matérialité ; Ce qui nous amène à espérer qu’on va peut-être enfin pouvoir agir !

Ce dessin formé par les planètes n’est donc pas un dessin planètaire de type “bol”,  fermé par l’axe nodal, qui n’est pas un axe de planètes au sens où on l’entend, cependant il y a bien un hémisphère à l’Est qui contient les planètes indiquant le repli sur soi.*

On pourrait cependant se poser la question de la force de cet axe entre le signe du Sagittaire et des Gémeaux qui est pourtant bien une opposition et  qui oblige à remettre en cause la manière de communiquer au sujet des problèmes suggérés et contenus dans le symbolisme planétaire.

Quand la Lune va se mettre en opposition au point médian de la concentration, nous serons dans un dessin de Seau* selon E. Jones, qui favorise  l’échange des énergies, mais renforcera l’égocentrisme de la planète focus Lune, la Lune étant capricieuse comme chacun sait, elle est notre mémoire, accentue nos besoins primaires, et nos émotions.

Si nous le vivons avec des hauts et des bas, c’est à cause de la Lune qui interagit sur les autres planètes en modifiant nos humeurs. Après le nouvelle lune du 12, la Lune le 24 sera dans une opposition à Chiron en entrant dans la Balance, et elle parlera encore de soins au niveau de la société (Balance), et ces soins on les attend, on les espère, on en a besoin.

Ce phénomène de concentration dure depuis un certain temps à cause des planètes lentes en signes d’hiver (Capricorne, Verseau, Poissons) avec respectivement Pluton, Jupiter Saturne, et Neptune,  et plus il se délitera mieux cela vaudra pour nous, car on peut imaginer facilement que toutes ses forces sont une pression sur notre humanité fragile ; même si certains pensent que les alignements seraient favorables dans le discours de la rue, il n’en est rien : pensez plutôt à une rafale de missiles qu’à une pluie d’étoiles filantes.

Sur le zodiaque du 25 avril, on voit un triangle mineur , basé sur le trigone Saturne noeud nord avec un sextil noeud nord  – Chiron, et Chiron – Saturne, Saturne – noeud sud qui fait un clin d’œil à l’augmentation des vaccinations, une demande de responsabilisation accrue, encore une fois de plus, bien comprise par la plupart des gens las de la maladie qui a envahi tout notre espace, faisant de nous des prisonniers, des coupables.

L’ensemble de cette configuration est appelée “bateau ou tente” par l’astrologue Lassalle, ici “la base est l’axe nodal qui (l’axe nodal  en Gémeaux-Sagittaire de la communication, qui parle de se relier) constitue la source ce la motivation, les deux planètes au sommet révélant le butChiron et Saturne justement sont les garants de la loi, des limites sanitaires, des responsabilités dans   la vie sanitaire qui est  primordiale, et qui ne se fait pas sans sacrifices. Ce dessin en tente developpe une large ouverture d’esprit et des moyens d’expression développés dans le cadre d’une activité de communication.

On constate, que les luminaires et les planètes rapides en avançant, vont nous donner une respiration, en formant progressivement d’abord, des sextils, puis des trigones avec les lentes, avec les signes d’été comme par exemple, un trigone avec Neptune quand le Soleil sera en Gémeaux.

Ici il sera encore question de  santé , mais aussi de jeu car le signe des Gémeaux est le signe du printemps, le plus léger !

 

*je préfère dire Parapluie, ou Parachute que je trouve plus imagé, selon que la concentration est plus ou moins grande : dans le Parachute , le parachuté qui est la planète en solo est soutenue par les planètes en stellium/amas serré, qu’il utilise souvent  à son profit en les vampirisant un peu ; dans le Parapluie , la planète isolée tient tout le reste des planètes qui  sont moins concentrées et elle renvoie son énergie vers elles, il y a échange de vue.

Dans ces dessins Jones n’incluaient ni l’ AS ni l’ axe nodal

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.