Le dénigrement systématique de la femme politique

De Ségoléne Royal à Valérie Pécresse, en passant par Marléne Schiappa, Ségolène Royal, Nadine Morano,  Marine Le Pen,  Rachida Dati, Christiane Taubira , Cécile Duflot, Anne Hidalgo, Danielle Obono, ,  la femme doit retourner à ses fourneaux , ses mômes, et cesser de les emm…

La relève des machos, aidés par l’arrière garde est déjà là, sans parler de celles qui participent à la curée par manque d’ambition féministe et qui n’ont qu’un horizon : obéir aux injonctions masculines, en piétinant les libertés chèrement acquises   à cause de femmes qui se sont sacrifiées par conviction.

Actuellement, que vous ayez ou pas les convictions politiques de Valérie Pécresse, on observe une critique acerbe et systématique sur la forme et le fond de sa première allocution : prendre un mot de travers et le décliner du matin au soir pour la discréditer, comme on l’a fait avec Ségolène Royal arrivée pourtant au second tour des élections présidentielles, et qui pourtant ne s’en laissait pas compter. De la même façon Sibeth Ndiaye, porte parole du gouvernement,  dans sa jeune spontanéité en a entendu des vertes et des pas mures.

Tous partis confondus , toutes origines  confondues, tous diplômes confondus, elles se font lyncher médiatiquement par tous ces messieurs les analystes , les politologues,  à moins qu’ils ne se pâment devant tant de beauté, qu’ils en restent confondus… alors ils se taisent.

Ni Angela Merkel, ni Thérésa May, ni même en son temps Margaret Thatcher, n’ont connu tant de vilenies dans leur pays respectifs : en Italie, il fut un temps où ils avaient une députée d’origine hongroise,  seins en avant, actrice du porno , La cicciolina,  Ilona Stalle désignée candidate officielle du Lista del Sole, le premier parti vert en Italie, qui en 1985 rejoignit le Partito Radicale, faisant campagne contre l’énergie nucléaire,  la famine dans le monde et pour les droits de l’homme. Contre toute attente, sa carrière politique a duré jusqu’en 2011, après qu’elle ait fondé son propre parti politique, tandis que Cécile Duflot dans une robe d’été très convenable,  se  faisait siffler à l’assemblée. Une femme poétesse et écrivaine comme Christiane Taubira, née en Guyane, dont le talent oratoire n’est plus à démontrer, s’est vu dire qu’elle ne savait pas parler français.

Donc en France, une femme surdiplômée, intelligente ,  distinguée et belle, prend la parole au nom d’un parti politique quel qu’il soit et,  est tout de suite scrutée à la loupe,  se voyant décortiquée et méchamment critiquée, à gauche, comme à droite ou au centre  puisque la femme du président est victime de rumeurs minables.   Nous ne sommes pas encore au bout de nos peines, si nous voulons arriver au moins à la cheville des italiens, qui sont pourtant considérés, comme  les plus machos des méditerranéens.

Quel est le thème de Valérie Pécresse* ? 

Contrairement à ce qu’on pourrait penser en ce moment, ses idées sont  modérées, si elle ne se laisse emporter par les amis extrêmes pour butiner des électeurs.(En , elle abandonne son mandat de députée, qu’elle avait retrouvé en 2012. Elle fonde le mouvement “Soyons libres” en 2017 et, quitte le parti Les Républicains (LR) en 2019, devenu “Libres” mais qui fut un échec).

On va voir comment elle est armée pour résister au harcèlement des uns et des autres, puisque c’est une pro de la vie politique*.

Tout d’abord sous des apparences douces, elle est ascendant Bélier.  Mais Saturne  au dessus de son AS,   maître de son MC en Capricorne lui donne un comportement Capricorne,  sérieux et compétant.

Mars, son gouverneur de thème, est la planète la plus angulaire du thème  en VII , maîtrisant la I, au niveau du signe et de la maison.

Mars à 27° en face en Balance est en exil, avec la Lune  en maison VI, dans une conjonction   qui  peut aider à combattre ses ennemis politiques et Mars  conjoint nœud sud indique qu’une violence masculine est dans son hérédité, que c’est une guerrière sous des apparences fragiles. 

Son Soleil en Cancer en IV, le foyer , la patrie, est  carré avec Mars et l’AS :  elle ne se laissera pas faire : cela  donne du caractère, de même que la conjonction  Mercure-Mars donne du piquant.  Mercure carré à Saturne  la rend obstinée,  le carré Mercure-Lune dissocie ses émotions de ses paroles en ne permettant pas à ses paroles de traduire ses émotions, de même que  la Lune opposée Saturne lui conférent cette distance un peu froide, qui éloigne du public. Cependant, le Soleil et Mercure faisant sextil à Uranus indique un esprit innovant, capable de s’adapter aux circonstances nouvelles.

Toutes les planètes, à l’exception de Neptune la planète des rêveurs, des artistes, des sentimentaux, se trouvent dans l’hémisphère nord du thème indiquant l’introversion

Neptune  en fin de maison VII, à 21° Scorpion trigone Soleil , trigone Chiron en XII contrebalance l’action agressive de Mars, mais pourrait indiquer que les autres manipuleraient une certaine naïveté en l’utilisant d’autant que  le quart affectif des maisons IV, V, VI, contient presque toutes les planètes.

Certes, Saturne et la Lune noire sur l’AS indiquent bien qu’elle a un problème d’autorité, la Lune noire à cette place indiquant généralement une personne qui ne sait pas qui elle est (comme madame Brigitte  Macron).

Ses atouts positifs sont  une série d’aspects en trigones formant pyramide , et sa part de chance en XI en Verseau, cependant carrée à l’axe nodal,  signifiant qu’elle aura plus de mal à parvenir au nœud nord en I : savoir qui elle est.

*biographie : Valérie Anne Émilie Roux est la fille de Dominique Roux, universitaire et ancien président de la société Bolloré Telecom   et de Catherine Bertagna. Son grand-père maternel Louis Bertagna, psychiatre, catholique et résistant, hébergea le journal Témoignage chrétien, paru clandestinement pendant l’Occupation, et soigna plus tard l’anorexie de Laurence, fille de Jacques Chirac. L’élection de François Mitterrand en 1981, suscite de vives discussions au sein de sa famille. A l’âge de 14 ans, elle va devant le Panthéon pour le soutenir le jour de son investiture. Elle passe le bac à 16 ans. A 27 ans, elle épouse Jérôme Pécresse, qui deviendra   vice-président exécutif d’Alstom et président d’Alstom Renewable Power. De cette union, naissent trois enfants. Elle se dit « d’abord laïque » ayant « une relation à la religion du domaine de l’intime, pas du politique » et « apprécie la doctrine sociale de l’Église ». À sa sortie de l’ENA, elle entre au Conseil d’État.

De 1992 à 1998, elle enseigne le droit constitutionnel à l’Institut d’études politiques de Paris, elle est promue maître des requêtes en 1993. De 1993 à 1998, elle est conseillère juridique auprès du chef du service juridique et technologie de l’information. De 1995 à 1998, elle est secrétaire générale du conseil supérieur de l’Agence France-Presse (AFP). Au printemps 1998, un an après les élections législatives de 1997, Jacques Chirac la recrute, alors qu’elle a aussi été sollicitée par l’équipe de Lionel Jospin. Elle devient ainsi chargée de mission pour les études, la prospective et la société de l’information, son domaine de compétence au Conseil d’État, dont elle est nommée conseillère technique en 2000 jusqu’en 2002, date de son premier mandat lors des élections législatives de députée UMP dans la deuxième circonscription des Yvelines. Elle est réélue en 2007, mais ne siège pas en raison de son entrée au premier gouvernement François Fillon.

Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche de 2007 à 2011, elle mène la réforme de l’autonomie des universités. Elle est ensuite ministre du Budget, des Comptes publics et de la Réforme de l’État et porte-parole du troisième gouvernement François Fillon de 2011 à 2012. En 2015, elle est élue présidente du conseil régional d’Île-de-France.Elle parle russe et japonais.

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.