Claire Bretecher, notre grande copine, nous a quitté

Hier 11 février,  à seulement 79 ans, Claire, dans un monde où des nazis meurent encore dans leur lit, nous a quitté !

Quelle injustice, pour celle qui nous a  donné à toutes, l’impression d’être comprises, à une période où mai 68 semblait le début de quelque chose de nouveau, de merveilleux, qui finalement a abouti à des machos qui, dans le pays de la gauloiserie, de l’amour courtois,    violent  tous les jours !

Certes,  elle a été censurée dans les années 2000 par des féministes du Québec, qui ne supportaient pas son analyse fine des contradictions féminines : quel manque d’humour !

On ne peut plus se moquer de soi-même : c’est la tragédie de ce siècle, où l’on ne cesse de nous donner des leçons de « bien exister ».

Nous sommes à la limite de la guerre civile des sexes, des religions, des couleurs de peau, cela devient insupportable !  

Aussi certains passent leur temps à vouloir tout gommer, comme si c’était possible, c’est le méli mélo des idées, pour ne plus avoir d’idées !

Encore plus de tabous amènent encore moins de clarté, puisque tout est critiqué, conspué, moqué, ridiculisé, insulté.

Claire nous mettait les idées au clair, pourtant elle le faisait avec une grande ingénuité, sans discours, dans une totale modestie.

Comme Georges Brassens qui lui, chantait son absence d’implication dans un monde fou, elle dessinait des idées.

 

Partager avec:

Écrit par 

Un commentaire sur “Claire Bretecher, notre grande copine, nous a quitté”

  1. Vos idées et vos analyses astro sont excellentes…..je dirai même rares d’intelligence….un plaisir….Je suis entièrement d’accord avec vous, le monde ne tourne pas rond ! Et les féministes s’égarent bien souvent !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.