Le Soleil en Lion

Le Soleil est en Lion.  Il faut dire et redire que le signe n’est pas l’individu, que c’est un symbole et qu’en réalité le Soleil type n’est atteint par un porteur que dans un effort d’évolution spirituel, car rien n’est donné au départ, totalement.

Même s’il y a une forte dimension solaire dans un thème, elle dépend des aspects et du niveau d’évolution de la personnalité, l’action solaire dépend également, de la situation en maison dans le thème.

En effet, un Soleil intercepté n’osera pas se manifester comme le fait le Lion d’ordinaire qui s’entend, se voit, par contre, on ne rencontre pas de Soleil rétrograde, ce qui fait que le Lion a toujours une attitude franche et “martiale” en toutes circonstances de l’existence, car c’est un signe yang sur de l’effet qu’il produit lorsqu’il se met en mode Lion...

Une lune noire proche d’un Soleil Lion peut aussi le rendre différent ” dans ce cas, le Lion entretient un rapport très ambiguë avec son ego, dont il tait les profondes exigences, tout en ressentant la nécessité dans éprouver le pouvoir”… “il aspire à exister mais s’autocensure, c’est une forme de complexe de supériorité” mais “il souffre de ne pas être reconnu.” (“Lune noire”, de Laurence Larzule).

Voici un rappel sur le signe type du Lion. Il est régit par le Soleil qui est l’astre le plus puissant et la source de toute vie, aussi le Lion est inscrit à tout jamais comme la force, la protection, la générosité, la majesté, le courage, la flamboyance, et en psychologie comme en astrologie bouddhiste, comme l’Ego. 

Au niveau physique, en astrologie bouddhiste, les cinq sens  se situent dans le Lion.  Ici l’individu a terminé sa croissance physique, aussi toute atteinte au signe du Lion dans le zodiaque, peut apporter des maladies à un ou plusieurs organes des sens, notamment avec une interception de planète en Lion (Irène Andrieu, psychologie des interceptions).

Le Lion régit  le cœur, la moelle épinière située dans la colonne vertébrale, et l’œil droit. Il a une typologie solaire. Le Docteur Breteché dans “Traité d’Astrologie médicale” nous dit que “Les tendances pathologiques sont les affections cardio-vasculaires, hypertension, angine de poitrine, rhumatisme articulaire et goutte, hyperexcitabilité du système nerveux” :  il est en pathologie mentale exposé, à la persécution et la psychasthénie, le solaire est un hyperthyroïdien et un hyper sympaticotonique, ce qui est à l’origine du brillant des yeux, de la rapidité de l’écriture, du pouls, et de l’hypertension artérielle, de la lenteur des digestions, de la constipation, de l’insomnie”. C’est le bilio-nerveux d’Hippocrate. Les réactions sont vives, intenses, aiguës, avec température élevée, et l’évolution brève, comporte une guérison rapide des lésions destructrices, prédisposé à des douleurs dans le dos, pancréas, états congestifs, mauvaise vue”.

En face on trouve le signe du Verseau, qui est le complément, le pendant du Lion, son octave relationnel, puisqu’il se trouve dans la seconde partie du zodiaque, vouée aux rapport avec les autres. Si l’équilibre entre les deux signes est perturbé, à cause d’une opposition, d’un carré dur (entre Mars, Saturne, Uranus ou Pluton, ), des malaises peuvent se produire dans la maison du Verseau par rétroaction.

Si le signe du Verseau régit par Uranus se trouve dans le secteur I ou II, le porteur peut facilement faire une dépression, un dérangement au niveau des nerfs périphériques, puisqu’ Uranus régit ceux-ci  (Irène Andrieu astrologue karmique et bouddhiste, psychothérapeute).

J’ajoute enfin et surtout, que c’est le signe des enfants, bien que la fécondité ne soit pas reliée au Lion, qui en a peu, mais qu’il couve avec une passion … de lionne.

On comprend donc l’importance de l’axe Lion-Verseau (tableau de Frida Khalo, qui voulait une descendance, mais qui ne garda pas ses grossesses, raison pour laquelle elle peignait des fœtus). Vous trouverez beaucoup d’analyses de femmes et d’hommes du Lion dans ce blog.

Le Lion fait également partie des quatre piliers qui soutiennent nos actions dans la croix fixe, avec les trois autres signes “antiques” du Taureau, du Scorpion (autrefois l’Aigle), et du Verseau.* Dans toutes les grandes villes et, même les villes anciennes importantes du point de vue religieux le Lion et l’Aigle, l’homme et le Taureau ornent le fronton de tous les édifices historiques et religieux (fronton de la cathédrale St-Trophime à Arles), et gardent la porte des lieux sacrés comme à Venise où le Lion figure partout (colonne sur la place St-Marc, Lions devant l’artillerie), il est également sur l’étendard anglais rappelant Richard cœur de Lion. (Il y a une énorme littérature sur cette question, voir les blogs astrologiques). Le Lion est en rapport dans le zodiaque avec le secteur V de l’amour et de la création, des enfants, l’art, les jeux, les spéculations. Aussi, ne vous étonnez pas si vous rencontrer des Lions un peu mégalomanes, mais ceci se retrouve aussi chez le jupitérien, les deux planètes étant dites bénéfiques, Jupiter “arrosant tout même les mauvaises herbes” tandis que le Lion plus égo centré se méfie avant de mettre tout ses œufs dans un panier (la Vierge est proche), toutes proportions gardées car il est encore naïf.

*La  chrétienneté a décidé d’en faire l’emblème des évangélistes  :  Le Taureau est  St Luc,  Le Lion est St Marc, L’Aigle ou Scorpion est St Jean,  L’Homme, le Verseau est St Matthieu.  Ces signes fixes sont ceux qui finissent  les taches commencées par les signes cardinaux qui sont des donneurs d’élan et, précédent les signes mutables qui transforment, innovent à partir de ce qui est mis en forme par les signes fixes.

 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.