Que conclure de Neptune en Poissons ?

Heureusement ou  pas,  Neptune sortira du signe des Poissons en avril 2025 après y être entré en avril 2011.  Certains avaient généralisé, en disant que le XXe siècle serait religieux : certes, s’il y a eu la montée des questions religieuses, on peut dire que le passage  a été dur, cruel,  rude, mais que le débat n’a pas eu lieu.

Pas de tribunes intelligentes, si ce n’est dans des lieux clos et réservés. Rien n’a changé, si ce n’est la dénonciation des exactions des uns et des autres, avec  un silence « pieux » sur les vraies questions et la stigmatisation des signes religieux.

Il est vrai que nous sommes dans une république laïque, mais quid des États-Unis qui jurent sur la Bible, de l’Italie où les papes abdiquent devant la tâche,  de l’Allemagne où chacun paie sa contribution à l’Église avec sa déclaration d’impôts ?

Nous n’avons pas vu naître un nouveau messie, nous n’avons vu que misère, malheurs, et haine. Neptune sur le plan religieux n’a servit à rien : c’est la république des psy avec Freud comme dieu ici comme ailleurs, qui réfutent la spiritualité au nom d’un conservatisme intellectuel qui maintient les injustices, qui ont toujours existées dans ces institutions,  et qui non pas d’âme .

L’amour est devenu désuet, personne n’aime plus personne, c’est l’ego qui règne dans des associations sexuelles, qui ne sont plus des promesses de vie ensemble, mais de « petits arrangements entre amis » : l’intellectualisme de Madame de Beauvoir, le cynisme de Sartre ont vaincu l’amour,  en ce début de siècle. Le cynisme est la carte qui ressort dans toutes les situations.

Neptune, ce sont aussi les drogues : elles sont de plus en plus consommées tant du point de vue médicamenteux (anxiolytiques), que du désir de jouir sans entraves (cocaïne),  du désir de la performance sportive (stéroïdes anabolisants), ou sexuelle (Pilule bleue), du désir ne plus sentir l’effort quotidien (un petit joint) .

Petit à petit , la facilité  grignote la vie contemporaine. Des désespérés à la recherche d’un idéal font n’importe quoi, à la recherche d’une saine vérité qu’ils ne rencontrent plus nulle part. Au mieux, il y a un retour à la campagne (mais sans coq, SVP),  des chaînes alimentaires bio, on retrouve nos tisanes d’antan, les soins para médicaux ont le vent en poupe, que seuls les plus riches peuvent s’offrir vue le coût d’une séance (1€ la minute dans l’ensemble), car nous ne sommes ni en Orient ni en Asie, où les massages sont faits dans la rue pour quelques pièces Cependant,  nous avons de bons médicaments, mais certaines personnes les refusent par peur de s’empoisonner.

On ne sait plus qu’elle est la solution, Neptune brouille nos idées, tout devient politique, et les prises de positions sont idéologiques… mais quelles idéologies ?

C’est une vague d’eau qui envahit nos esprits, comme  nos campagnes qui sont dévastées par les inondations, les tornades : le changement climatique nous surprend dans nos habitudes de confort bourgeois et devient cause nationale, tandis que la spiritualité est reléguée au second plan, que la panique s’empare de nos vies bien réglées.

Tout ceci est du domaine de Neptune, et durera tant que Neptune sera en Poissons ; quand Neptune sera en Bélier,   il éteindra le feu du signe, à moins qu’ au contraire le signe puisse   provoquer l’action, une volonté d’agir,  ce qui parait plus logique puisque venant à la suite d’un faisceau d’orientations neptuniennes qui progressivement devraient déboucher sur du concret. 

Pluton qui fait son séjour  en Capricorne – terre-  (janvier 2008- janvier 2024) passera dans le signe du Verseau – air-et, sera en interaction avec Neptune  en Bélier- feu – avec une tendance de sextil : il faudra analyser   Pluton, en fonction du chemin d’Uranus son maître qui  ne change de signe que tous les sept ans, alors que la planète Mars plus volatile avec son tour du zodiaque en 2 ans, aura  une action changeante, sur la lente Neptune.

Attendons, mais ne comptons pas sur les idées du passé pour inventer un avenir meilleur, restons sur nos gardes, il faut inventer l’ avenir : dans les deux ans, Saturne sera en Poissons, et c’est flou …tout peut arriver si l’on s’embrouille dans les idéologies.

Neptune, c’est avant tout l’amour à son niveau le plus haut, à un niveau transcendant.

Quel rapport avec le Titanic ? Une analogie : comme souvent une absence de fraternité ! périrent les pauvres dans les ponts inférieurs, tandis que quelques femmes riches furent sauvées dans les embarcations, alors qu’un bateau qui passait dans les eaux pas très loin ne s’était pas senti concerné par les appels de détresse… Neptune 21° en Cancer, signe d’eau,  mais Neptune carré noeud nord, donc noeud sud à 21°,  carré Soleil, Mercure également carrés à Uranus 3° en Verseau (carré dissocié cependant), la Lune en Poissons , signe d’eau, Vénus en exil en Bélier,  et une conjonction Mars Pluton violente. Et comme je le dis souvent, Jupiter en AS, en domicile : trop de confiance en soi, trop de tout.

 

 

 

 

 

Partager avec:

Amour, sexe, malentendu, viol

Avec le déconfinement et l’été, c’est le moment ou jamais de donner des consignes de prudences aux filles et aux garçons.

Se servir de l’astrologie pour draguer : voilà, une idée qui fait le tour de la planète. Depuis que je donne des cours, je l’ai constaté. Gardez-vous de  toutes les interprétations fausses, sorties des bouquins d’astrologie, et des magazines qui sont  des guides pour apprendre les généralités astrologiques sur l’amour.

Les filles : ne donner pas votre date de naissance à un homme  prétextant vous expliquer votre caractère, car il se jettera dessus pour voir si vous êtes une bête de sexe. Mieux vaut lui dire tout de suite, si vous l’êtes !

Sinon, que les timides se méfient, parce qu’au lieu de rencontrer le prince charmant, elles se trouveront face à un homme en manque  depuis un an et demi !

Les aspects ne sont qu’une partie de notre psyché. Les généralités sont faites pour apprendre l’astrologie, ensuite il est nécessaire de s’entretenir avec la personne : il ne s’agit  pas de croire qu’on a une avance sur elle, parce qu’on saura quelques bricoles se référant à sa vie sexuelle théorique.

La sexualité se lit dans un thème jusqu’à un certain point, mais il y a aussi la vie intime, l’évolution, la volonté, l’éducation (ça existe aussi) et la culture.

Messieurs ne rêvez pas, cela ne se passe pas souvent comme dans Basic instinct. Après tout, si vous êtes pressé, il y a des dames pour ça.

Mesdames, ne rêvez plus, vous pensez être plus attrayante parce que vous avez mis une jolie jupe, lui, il pensera à ce qu’il y a dessous, et comment l’atteindre. Chez les messieurs même  sentimentaux, tout se passe au-dessous de la ceinture : c’est la nature !

Certains sont romantiques, ils veulent vraiment une compagne, une confidente, au pire une seconde mère, mais ceux là, je ne sais toujours pas pourquoi, ils ne vous attirent pas ! Si bien que vous vous mettez à répondre aux attentes d’un prédateur avec plus de facilité, qu’à un candidat au compagnonnage sérieux.

Tout cela se fait inconsciemment, bien sur : on parle d’hormones, dans les milieux médico : cela revient à la question de la ceinture.

L’homme qui vous sortira, qui vous parle, qui vous fait danser, vient surtout pour vous faire rentrer dans sa voiture, dans sa chambre, pourquoi pas sur une plage, dans un bois, quand tout est calme, mais quelquefois, ça se termine dans un réduit.

Que vous lui donniez des outils pour le faire, c’est lui faciliter le travail, car la conquête est un travail, vous serez toujours le trophée, qu’il exhibera ou pas, selon qu’il aura jugé que vous en valez la peine ou pas.

Messieurs, ne vous y trompez pas :   se servir de l’astrologie pour évaluer la sexualité de quelqu’un, ce que font beaucoup d’hommes , c’est courir à l’erreur ! Vous avez plus de chances de tomber sur une femme, qui s’est fait violer ou à subit un inceste. La sexualité des femmes est bien plus compliquée que la vôtre. Dites-le avec des fleurs !

 

Partager avec:

La Crypto monnaie, nait officiellement avec Uranus en Taureau

Uranus en Taureau fait un trigone par transit avec l’Uranus en Vierge des bébés des années post-soixante : c’est donc théoriquement un progrès, une avancée pour eux. Le truc c’est que ça bouge  dans tous les domaines au niveau des valeurs de l’humanité,  car  Uranus  en Taureau  est maître de Saturne en Verseau avec qui il fait un carré.

Que peut signifier ce carré ? Saturne en Verseau, n’est pas dans son domicile, oubliez la vieille classification quand les anciens n’avaient que cinq planètes et les luminaires  à leur disposition.

Uranus est la planète du Verseau, légère et décontractée, bien différente de Saturne le “seigneur du karma” , ce vieillard qui en Verseau refuse la dématérialisation  de nos valeurs séculaires ! Saturne va plutôt contrarier la liberté du Verseau, tandis qu’Uranus va plutôt déranger les valeurs concrètes, charnelles, du Taureau.

Que voyons- nous ?

Le démembrement des valeurs des générations précédentes continu, avec l’apparition officielle au Salvador de la Crypto monnaie, qui devient une valeur sure pour de nouveaux riches qui ont investi dans ce courant dans les années précédentes, et c’est tant mieux pour eux : elle s’adressait surtout au monde des trafics en tout genre, s’achetant en dehors des circuits sur le dark web, mais de jeunes geeks se sont hasardés à jouer au “loto” avec de petites sommes. Aujourd’hui avec la reconnaissance du Salvador, de souterraine, et un peu diabolique, elle devient honorable.

Uranus en Taureau montre enfin son  vrai visage : un argent nouveau, complètement insaisissable, sans consistance physique, né de lignes sur des écrans d’ordinateur, du vent, de l’air, l’opposé du Taureau,  terre des investisseurs immobiliers  !

Il y a longtemps que ce phénomène a commencé : dès le premier billet à ordre  transporté de façon légère et discrète par les caravanes du désert de commerçants sur la route des Indes,  cessant le troc entre quelque chose de palpable, de dur, l’argent sonnant et trébuchant,  qui avait  déjà été une nouveauté par rapport au troc d’ objets des premiers villageois.

Maintenant, les banques en ligne sont l’avenir, les guichets derrière lesquels on voyait des caissières  disparaissent , remplacés depuis quarante ans par des distributeurs, qui eux à leur tour disparaissent des campagnes.

Nous avons les Cartes de paiement, mais peu à peu on ne tape plus un code, on frôle l’appareil,   c’est virtuel : mieux, la carte disparaît et on la remplace par le téléphone portable et , cela encore plus dans les pays orientaux, pour des sommes bien supérieures à celles pratiquées en France. Pourquoi ? Parce que les français, peuple de terriens,  ne sont  pas prêts, nous sommes un vieux peuple, qui perd la bataille de la modernité dans le monde ! 

Les sols aussi se déplacent : la culture en serre et  en l’air s’est développée à cause de la pollution des sols, se passant de terre, remplacée par des substrats. Des vignes, sont cultivées en musique, pour éviter les pesticides  c’est la bio résonance.

Uranus en Taureau qui fait un trigone avec l’Uranus en Vierge des natifs post soixante, fait des économies de métal, de papier, au nom de la planète, on gère nos déficits, on veut préserver l’avenir des générations futures : on nous a fait remarquer que nous n’avions plus besoin de tickets de caisse polluants ; en dématérialisant, nous économisons de l’encre, des arbres : un progrès effectivement !

Mais …ceux qui sont nés avant, certains ringards des années quarante, et les « survivants » du Covid des années vingt qui ne sont pas dans des EHPAD, sont destinés à disparaître avec leurs récriminations s’ils ne s’y mettent pas.

Les  babas cool avaient créé  dans certains quartiers, villages, le système du SEL, qui est un échange de travaux pour ceux qui n’ont pas de cash, et sûrement pas de CB,  et qui n’auront  certainement jamais de la cryptomonnaie.

Avec l’arrivée en 2009 de Pluton en Capricorne, (cent-dix ans après la découverte du radium auquel on a comparé Pluton) les tenants d’un certain conservatisme, on vu une explosion atomique au niveau de la matière  : depuis, nos valeurs sont bien en train de changer grâce à une guerre de tranchées menée par les adeptes d’un monde libéral, où les plus riches prennent des navettes pour aller sur la Lune en week-end en laissant en bas les fourmis à leurs problèmes.

Après  avoir eu les jeunes, qui font  depuis des siècles, la guerre aux vieux  (« familles je vous hais ! »), les femmes et les hommes se déchirent, les religions qui maintenaient tout ça, se déchirent, les sexes s’entre-déchirent : c’est l’avènement du non genré qui veut s’imposer dès les crèches et dans les maternelles, en créant une guerre au sein même de notre anatomie qui serait en divergence avec notre mental : il faut aller lire les disputes entre les trans et les féministes  pour mesurer à quel point on entre dans des sables mouvants : et pour finir, personne ne respecte plus personne : ni dieu , ni père, ni Capitole, ni président.

A la recherche de repères, il est étonnant de voir des personnes proches de l’âge de la retraite,  faire le chemin de Compostelle, en disant qu’elles ne sont pas spirituelles, mais qu’elles ressentent « quelque chose »… ce qu’on appelait avant « la présence du divin »… mais maintenant, ce serait une honte de se l’avouer.

Il y a 77 ans avait lieu le débarquement, et Tintin est banni parce qu’il est colonialiste, raciste, qu’il fume et boit : il n’y a plus d’humour, le second degré, c’est l’insulte, l’anathème, le blasphème  au nom d’une certaine idée de la liberté, que même Voltaire n’aurait pas aimée.

Partager avec:

Connais-toi, toi-même… et fais avec !

« Connais toi toi-même » … et fais avec ! Ceci revient  à dire, « aides toi, le ciel t’aideras » !

Très gâtée, la population se tourne toujours vers une aide du gouvernement qui ne vient pas au moment où elle en a besoin. Donc, ayant besoin d’un protecteur ,  elle ne se tourne plus vers dieu dans trois-quart des cas, mais plutôt vers les planètes dans le ciel qui est une façon immatérielle de demander de l’aide à un protecteur qui somme toutes, est là depuis le début de l’humanité.  Car même invisibles on est sur que les planètes sont là : on peut voir la Lune, notre mère à tous, et le Soleil : papa !

C’est beaucoup demander.

Même si notre thème natal est notre ADN de base, quelque chose de visible et de tangible, qui ne fonctionne pas si mal quand on se penche sur ses rouages complexes, nous avons une participation active dans l’action.

La foi déplace des montagnes – quelle qu’elle soit – seuls les scientifiques en doutent encore, tellement encarté par le partie  “Descartes” (comment peut-on se vanter d’avoir des idées aussi ringardes ?). C’est  le culte de nos « fondamentaux » jamais remis en question comme un dogme religieux, or les fondamentaux changent, puisqu’on a découvert pas mal de choses en physique, en biologie, etc, depuis.

Je dirais que c’est à partir de là qu’il faut commencer à y réfléchir : sans se motiver,  sans effort sur soi, sans spiritualité, les astres ne peuvent rien pour nous ;

Par contre, si l’on accepte l’idée que nous nous incarnons avec une âme, dans un corps, qui certes nous donne du souci, nous avons un atout. Il n’est pas question de sous-estimer les méfaits de la vieillesse, de l’inaction, ce corps les sportifs le respectent, mais trop d’entre nous le tiennent pour acquis s’en servant comme d’un esclave, lui reprochant surtout ses manques, alors qu’ils devraient  l’apprécier comme étant leur meilleur ami.

Et d’accuser le ciel, ce que l’on nous a transmis, ce dans quoi notre âme se réincarne, comme d’autres se plaignent de n’être pas nés riches, parce que la société mondialiste de consommation a érigé en valeur suprême  le “Carpe Diem”, principe de plaisir des valeurs sans âme de ceux qui sont pour le plus plus plus (revoir le vieux film “Topaze” avec Fernandel).

Un thème identique sert à plusieurs personnes nées au même moment : regardons cela de plus prés.

On vient au monde en même temps que pleins d’autres personnes : d’abord dans des pays différents, avec des cultures différentes, mais différents niveaux sociaux , financiers, et cela  partout ;  puis dans le même pays , on peut venir au monde avec, admettons ,  la même culture dans l’ensemble, mais déjà cela se rétrécit , parce qu’actuellement dans le même pays nous avons  différentes cultures,  et bien sur, différents niveaux de richesse matérielle ;  puis cela se rétrécit  encore,   si nous sommes nés en même temps, dans la même ville,  mais ici encore, il y a les différences que je ne citerais pas, parce qu’on ne devrait même plus les voir, mais elles existent malheureusement.

Mais, voilà certains se font les champions pour montrer du doigt ce qui est visible, sans voir l’invisible, la qualité ! Ce qui se mesure, se pèse, se compte,  oui, on le voit… mais ce qui est dessous,  dedans, qui le voit ?

Dans ce cas plusieurs individus nés au même endroit, le même jour, dans le même hôpital , dans deux salles différentes à la même heure, ne sont pas identiques, même avec les mêmes thèmes astrologiques : seule leur âme diffère !

Y-aviez vous pensé, vous qui croyez dur comme fer que les astres font tout ?

Qui a créé la totalité, le ciel et les planètes ?*

Aussi les interprétations parcellaires que les astrologues sèment ça et là –dans ce blog et les blogs des autres, comme sur youtube – pour faire connaître l’astrologie, doivent être ramenées à ce qu’elles sont : des descriptions anatomiques d’un corps, dans un plus grand tout, un corps qui est unique, merveilleux, si on ne se jette pas dans les tendances des aspects les plus difficiles, si l’on fait la part des choses entre l’inné et l’acquis, et les influences néfastes de l’environnement (social et au début de la vie familiale, puis amicale), en choisissant les  influences que l’on aura jugé bonnes pour nous (pas pour le voisin, le père, l’officiant). Ensuite, c’est à vous de tirer partie, de ce dont vous avez hérité, et d’être l’être unique, que vous devez incarner.

Avez-vous bien compris ?

Votre thème n’est pas unique, il le devient quand vous l’avez déconstruit, et retravaillé du point de vue des écueils qu’il contient pour vous faire échouer, ou changer, tout au long de votre évolution spirituelle. Il faut oublier les simplifications abusives.

 

*lire Et le divin dans tout ça de Jean Charon, physicien*, Chapitre 2  : Trinh Xuan Thuan, astrophysicien américain auteur de La mélodie secrète. “le degré de précision qui a permis l’apparition de l’univers et de la vie est comparable à celui d’un archet, qui voudrait envoyer une flèche de l’autre côté de l’univers dans une cible ! Il exclut complétement le hasard , il parle de Dieu dans le sens d’un principe créateur qui aurait engendré et ordonné l’univers. Le père Teilhard de Chardin disait à propos du point Omega que “l’univers va toujours vers plus de conscience.”

Partager avec:

L’incompréhension de l’entourage lors de la dépression d’un être aimé

L’incompréhension de l’entourage proche lors de la dépression d’un être aimé est immense. La première réaction de l’entourage, disons du conjoint, c’est l’incompréhension.

La dépression peut surgir lors d’un deuil, de la perte de travail, de la mise anticipée à la retraite, de la perte d’une illusion qu’on a entretenu  et qu’on ne verra  peut-être jamais se réaliser : là on a une explication connue.

Dans tous les cas, le partenaire s’il ne fait pas partie de l’événement (un deuil qui n’est pas commun),  ne comprend pas.

S’il comprend, il perd assez vite patience, en trouvant que son compagnon manque de résilience, ne vit pas dans le réel, etc.

Il se sent floué,  trahi, parce que lui ne juge pas la situation suffisamment mauvaise pour que l’autre se laisse démolir moralement et physiquement. Disons-le, c’est une réaction totalement égocentrée de sa part. « ça suffit, ça a assez duré, ça n’en vaut pas la peine, on en a parlé et reparlé, etc ». Il faudrait que les choses reprennent où elles en étaient avant : ce n’est pas possible, quelque chose est brisé chez l’autre.

Le partenaire n’y est pour rien, il n’est pas responsable, il ne peut rien faire, juste accompagner. Souvent, il se lasse : il est là, il assiste impuissant, il pense qu’il devrait remplir tout l’univers de l’autre, que son amour est suffisamment grand, fort, qu’il n’y a que ça qui compte. Pourtant non, l’autre continue à bouder son plaisir d’avoir la chance de vivre avec lui (elle). Et encore une fois, d’une façon égocentrée, il se dit qu’alors il ne sert plus à rien, qu’il s’est peut-être illusionné pendant des années en pensant être « tout » pour l’autre. En fait, il ne reconnait pas l’identité de l’autre, le prenant pour son objet, sa chose.

Que ceux qui n’ont jamais connu cet amour, les cyniques,  ne rient pas : il y a des couples fusionnels, et c’est là que c’est très violent. Il faut un certain temps pour comprendre que l’autre n’est pas « je », que la dépression est une vraie maladie, qu’elle a des racines dans l’inconscient, dans la désillusion, dans un manque qui s’est produit, souvent au niveau de la mère qui a déçu, fait mal, trahie, abandonné, que c’est gravé là, et que ça remonte insidieusement : « maman m’a fait mal, maman ne m’aimait pas, maman ne se contentait pas de ce que j’étais, elle réclamait toujours plus de bonnes notes, plus d’efforts,  elle a voulu un autre enfant (« pourquoi ? je ne lui suffisais pas ? »), elle m’a mis en pension, elle m’enfermait dans le noir, elle a quitté mon père, elle a suivi un autre homme, elle est morte (« Et c’est peut-être ma faute »).

Et je ne parle pas des abus, des violences  physiques, parce qu’on parle surtout de celles-là,  et que  là on est vraiment pas loin de  la psychose.

Mais il existe les violences verbales, les mots, et celles-ci sont sous-estimées, mais elles comptent dans l’esprit d’un petit enfant, elles s’impriment : « Ses oreilles sont décollées, ses dents sont moches, il est plus petit que son frère,  je n’avais pas envie d’avoir une fille, un garçon » dit-elle à une copine et, il a entendu, il en tire des conclusions erronées mais il est marqué, et il y a encore des choses pires, les erreurs de jugement de la mère, ou carrément des imbécilités parce que malheureusement les parents n’ont pas tous un QI de 100 et ils reproduisent ce qu’ils ont connu, et s’ils lisent, s’ils écoutent maintenant les conseils à la mode préconisés par des pédiatres, des psychologues, avant ils lisaient l’almanach Vermot … attention, parce que maintenant ils vont sur Facebook.

Le conjoint se retrouve face à une dépression qui le dépasse : « Quoi ! nous attendions la retraite, et tu regrettes ton boulot ! », « Quoi tu as tous ces diplômés et tu ne trouves pas de travail », « Quoi, tu t’enfermes alors que c’est le printemps ! ». Il faut du temps avant que le conjoint  comprenne : d’un, qu’il n’y ait pour rien, de deux qu’il assistera au naufrage de son couple s’il perd  pied face à la situation (je passe sur l’absence de libido, que de toutes façons les médicaments vont finir par tuer).

« Qu’est-ce-qui va nous sauver ? » se dit-il. Un, la patience, deux, l’humour, trois, les copines (copains), mais surtout pas leurs conseils !  Entendre des choses du genre : mon (ma) povre « sort de ton côté, sinon tu vas sombrer », « il vaut mieux être seul(e) que mal accompagné(e) », « et bien moi, je suis tranquille » etc. N’espérez pas de réconfort, toutes les réactions sont égocentrées, la (le) célibataire est presque content(e) que ce soit vous , enfin , qui  en soyez là, depuis qu’on vous voyait si bien.  C’est  tout juste s’ils ne vous accusent pas d’être responsable de l’avoir étouffé, trahi, ou au contraire délaissé (du moment que ça peut être de votre faute).  Et, on s’étonne que tant de couples éclatent.

Même lors du deuil d’un enfant, la mère qui sombre n’a pas la même réaction que le père qui finit assez vite par vouloir s’échapper de la souffrance inépuisable de sa compagne,  finissant par s’ en écarter. Il passe à autre chose*, elle, elle s’enferre, et elle s’enferme, parce que ce n’est pas pareil.  Elle s’accuse, elle se demande où elle a fauté, et même pourquoi elle a voulu enfanter, si c’est pour payer un tel prix : la peine de mort. Les hommes et les femmes sont différents, l’égalité ni fera rien, ce n’est pas une question éthique, c’est une question physique : cet enfant qu’elle a voulu (car on veut maintenant, ça n’est pas un hasard, jamais), elle ne l’a pas suffisamment assisté. Attention, des psys diront que c’est peut-être le contraire : elle ne lui a pas laissé assez d’autonomie…  l’un dans l’autre, on reproche toujours quelque chose aux mères, ce sont  elles, les fautives (normal, leur pouvoir dans les premiers temps est énorme…).

Si son enfant est dépressif : elle ne l’accepte pas, c’est un échec personnel : “tu devrais, tu aurais dû, si tu m’avais écouté…). Sa culpabilité est cachée par sa colère, qui en fait est une expression de la souffrance qu’elle ressent face à la souffrance de son enfant, et qui lui est intolérable.

La dépression ne prévient pas, elle arrive mais elle est invisible, ce qui fait qu’on ne plaint pas la personne (ce n’est pas une jambe cassée, ni une maladie mortelle… quoique). Elle est tellement disqualifiante, que les gens préfèrent parler maintenant de burn-out , alors qu’il y a certainement plus de dépression, que de fatigue due au travail : des dépressions liées  au manque d’intérêt pour un travail répétitif, inintéressant, ennuyeux, mais au moins là, c’est respectable :  on est déprimé pour quelque chose de valorisant puisqu’on a travaillé. Tandis que la dépression classique fait figure de maladie de paresseux : “Comment tu es dépressif à 36 ans  ! Tu as la vie devant toi, tu as fait des études, tu est beau, en bonne santé ..”.

Accepter que la dépression soit une longue maladie dont on ne guérit peut-être jamais totalement, parce que les racines sont trop profondes, est le premier pas vers une amélioration par une thérapie, s’ajoutant à une meilleure connaissance de soi,   en faisant le décryptage des facteurs antérieurs, en prenant la patience de dénouer les circonvolutions du labyrinthe de l’inconscient, pour leur faire face un jour et, les mettre à la place qui leur revient… dans l’oubli total.

* les somatologues ont noté que les pères en deuil finissent souvent par avoir un cancer des testicules, parce qu’ils ont souffert sans le manifester, l’extérioriser.

Partager avec: