Notre résonance avec l’univers

Ce petit article de vulgarisation sur la résonance  met en lumière  le rapport entre l’homme et l’univers, redonnant peut-être l’ opportunité à l’astrologie de ne plus être considérée comme une  superstition d’un autre âge.

 “C’est dans les années 1920 que le scientifique Georges Lakhovsky a commencé à s’intéresser aux ondes. Il prit alors connaissance des travaux du professeur d’Arsonval relatifs aux effets des courants à haute fréquence, sur les animaux. Il s’intéressa également aux travaux de Nikola Tesla sur les ondes et les courants oscillants, autre chercheur qu’il rencontrera plus tard.

Ses propres recherches l’amèneront à établir une analogie entre notre cellule et l’émetteur récepteur de radio.

Mais, avant d’aller plus loin, nous allons vous expliquer le principe de résonance :

Chaque objet possède une fréquence qui lui est propre que l’on appelle fréquence de résonance. Quand deux objets, quels qu’ils soient, sont accordés à la même fréquence et que l’un d’eux vibre, le second (s’il est dans son champ d’influence vibratoire) se met à vibrer.

Si vous prenez plusieurs diapasons de forme, de nature et de matière différente, seuls les diapasons identiques se mettent à vibrer : une voix au diapason du cristal peut briser un verre. La fréquence d’un carreau de fenêtre est aux alentours de 100 Hz alors que celle des verres à boire est plus aiguë (420 Hz).

L’explosion de l’usine AZF à Toulouse en 2001 a brisé les vitres aux alentours, tandis que les verres de table sont restés intacts. Parmi d’autres exemples passionnants, citons l’histoire du pont de Takoma qui s’effondre le 7 novembre 1940, après plus 1 heure de balancements qui ne cessent de s’amplifier. La fréquence propre de la structure du pont correspondait précisément à la fréquence du vent latéral : 65 km/heure. Un vent plus fort n’aurait rien fait. Restons sur le pont, le 18 avril 1950 à Angers, un régiment militaire provoqua l’écroulement d’un pont suspendu par le passage des soldats au pas cadencé. La fréquence de ce pas est entrée en résonance, avec la fréquence vibratoire du pont, générant une amplitude de plus en plus élevée entraînant la destruction du pont : depuis, les militaires ne passent plus sur un pont au pas cadencé (vérifié).

Un autre exemple que nous devons à Tesla lui-même, qui a mis en lumière  le principe de résonance.

En 1898, il attacha un petit oscillateur au pilier de fonte central soutenant son immeuble. Il s’agissait d’un petit pendule se balançant et, venant frapper le pilier selon une cadence régulière calculé au préalable. Tesla observa la mise en résonance successive de tous les objets de la pièce au fur et à mesure que la fréquence augmentait. Mais à son insu la vibration de très basse fréquence s’était communiquée au pilier, au sous-sol ainsi qu’aux immeubles avoisinants. Ces derniers se mirent à trembler et les vitres explosèrent. Tesla détruisit rapidement son oscillateur d’un coup de marteau.

Ainsi, pour Lakhovsky, toutes les cellules du corps humain, qu’elles soient nerveuses, osseuses, musculaires ou d’une autre nature, émettent une fréquence et une intensité qui leurs sont propres. Elles sont également capables d’émettre et de capter des informations. Par contre, lorsqu’une cellule tombe malade, elle n’émet plus alors la même fréquence. Cette cellule ne vibrant plus de la même façon, elle ne « parle plus » le même langage que les autres cellules qui l’environnent et « n’est plus comprise » ; la coordination qui règne dans un corps en bonne santé est altérée et la maladie s’installe.

L’idée géniale de Lakhovsky fut de construire un appareil générant un champ de fréquence dans un spectre très large. Lorsqu’une personne est placée sur ce type d’appareil, les cellules atteintes reconnaissent leurs propres fréquences, auxquelles elles s’accordent. Plus récemment un bio physicien de renom, Fritz Albert Popp, a mis lui aussi en évidence que chacune de nos cellules vibrait à une certaine fréquence spécifique, pour laquelle elle était prédestinée. Lui aussi a pu se rendre compte que les fréquences des cellules se modifiaient en phase de maladie.

Plus récemment en 2001, le Dr Gimzewski, nous apprend qu’une cellule cardiaque vivante, placée dans un milieu nutritif, continue à battre au même rythme que l’organe, d’où elle provient. Il se met à penser que si toutes les cellules vivent et produisent un son (aussi faible soit-il) il peut être détectable. En 2004, il détecte et amplifie le son de cellules vivantes, qui ont des fréquences différentes.

Pour Lakhovsky, il n’y a pas deux personnes sur Terre qui aient les mêmes caractères, le même aspect, les mêmes qualités, les mêmes constantes physiques et chimiques, c’est-à-dire électriques. Chaque cellule a son oscillation propre. Il faut émettre autant de longueurs d’onde qu’il existe de cellules différentes afin de pouvoir entrer artificiellement en résonance avec chacune d’entre elles.

Au sein de la cellule, pour Lakhovsky, les chromosomes sont un peu comme des filaments composés de matières isolantes remplis d’un liquide conducteur d’électricité, à base de sels minéraux que l’on trouve habituellement, dans l’eau de mer. Les chondriomes présents dans la cellule sont identiques mais plus petits. Ainsi, tous les éléments cellulaires, grands et petits, sont autant d’oscillateurs électromagnétiques. Or, on peut constater qu’il n’y a pas deux de ces filaments qui soient géométriquement égaux. Par conséquent, il n’en est pas deux non plus, qui ont la même longueur d’onde.

Nous savons que tout conducteur isolé est susceptible d’osciller, s’il est excité par un rayonnement extérieur correspondant à sa longueur d’onde propre, qui le fait vibrer en résonance, mais aucun circuit ne peut osciller, s’il n’est excité par une énergie rayonnante (chaleur).

Dans la cellule, pour faire osciller tous les éléments que renferme une cellule, il faut des longueurs d’onde différentes, car le chromosome, est par exemple considérablement plus grand qu’un chondriome et, chaque élément a besoin d’une onde en rapport avec sa longueur pour le faire entrer en résonance. C’est pour cette raison que Lakhovsky construisit un appareil créant un champ électrostatique, dans lequel se trouvent toutes les fréquences, depuis la longueur d’onde du mètre jusqu’à l’infrarouge, de sorte que dans ce champ, chaque cellule peut trouver sa fréquence propre pour vibrer en résonance.

Lakhovsky a d’abord commencé ses expériences sur des  pélargoniums, à l’hôpital de la Piété Salpêtrière sur invitation du professeur Antoine Gosset : les plantes sont atteintes de maladies après qu’on leur ait inoculé la bactérie Agrobacterium tumefaciens ; « Cet appareil produit des oscillations qui correspondent à 150 millions de vibrations par seconde...  L’action nécrosante des radiations s’est montrée rigoureusement élective et, s’est limitée strictement aux tissus malades…  Les organes sains –tiges et feuilles- sont restés indemnes et la plante a conservé toute sa vigueur.”

Depuis, il y a des vignobles et des pépinières dans lesquelles les plantes écoutent du Mozart :

“Quand Carlo Cignozzi a restauré la ferme de Paradiso di Frassina et qu’il a planté un nouveau vignoble de Sangiovese autour d’elle,  il a eu l’intuition que jouer de la musique à la vigne serait bénéfique pour sa croissance et la rendrait épanouie : « mes expériences musicales sur la vigne ont eu un écho partout dans le monde et ont attiré l’attention des chercheurs de l’Université de la faculté d’agriculture de Florence avec qui je collabore depuis 2005 sur les effets physiologiques de la musique, et plus récemment avec l’Université de Pise sur l’aspect entomologique. Avec ces universités nous avons étudié, à la fois sur le terrain et en laboratoire, les effets positifs des ondes sonores sur le système racinaire de la vigne, les feuilles et les fleurs, et en particulier sur l’effet répulsif des ondes sonores sur les parasites et les prédateurs : 6 haut-parleurs diffusent 24H/24 du Mozart dans les vignes

L’expérience musicale du vigneron Carlo Cignozzi est parvenue jusqu’aux oreilles du professeur Amar Bose fondateur de la célèbre société Bose, spécialisée dans la fabrication de haut-parleurs de qualité. Amar Bose lui a fourni 56 enceintes pour diffuser la musique dans ses vignes à 5 km au sud de Montalcino en Toscane. Sans interruption, la musique de Mozart baigne le vignoble jusqu’aux vendanges. Le vigneron ne s’est pas d’ailleurs arrêté à la vigne puisqu’il diffuse également de la musique dans sa cave pour accompagner les fermentations. Il produit ainsi un Brunello, « La Flûte enchantée », le premier vin au monde à être entièrement élevé avec du Mozart. »

 

Partager avec:

les rétrogradations

“Les pulsions des planètes rétrogrades se manifestent plus dans la réflexion et la contemplation. La rétrogradation stimule des facettes peu évidentes de la personnalité, qui demeurent derrière la scène ordinairement. La fonction d’une planète retro est obscure et très difficile à reconnaitre objectivement.

Le ralentissement indique qu’il y a quelque chose dans le passé qui doit être réétudié, ou reconsidéré pour l’assimiler. Les planètes retro manifestent des pulsions en résonance avec des conditions précédentes de conscience, vers quelque chose qui n’est pas terminé. Il y a un certain degré de conscience, elles peuvent indiquer des principes qui avaient soit été envisagés superficiellement, utilisés sans qu’on les comprenne, dans des vies précédentes, soit mal utilisés  au point d’être déformés et doivent alors être régénérés à d’autres niveaux intérieurs, avant de pouvoir être utilisé constructivement sur le plan exotérique.

A un niveau conscient, le sujet peut éprouver des difficultés à diriger extérieurement, les pulsions de la planète concernée. Il semble que ces planètes réagissent d’une façon passive, en ce qui concerne les activités extérieures. Le sujet doit acquérir une idée plus claire de ce que la planète signifie à son niveau le plus profond. Il a tendance à agir plus lentement, sur le plan psychologique, puisqu’il doit compléter sa compréhension et apprendre à s’adapter à des conditions astreignantes qui se produisent souvent.

Si le sujet a quatre planètes retro au moins, surtout si ce sont des planètes personnelles, de Mercure à Saturne,(voir thème ci-dessous d’Emmanuel Macron) il débute sa vie en intériorisant la plupart de ses pulsions. Il est plus attentif au monde subjectif”. (Bill Tierney, dans dynamique des aspects astrologiques).

 Voici ce qu’ Irène Andrieu conseille pour l’utilisation et la compréhension des rétrogradations, dans Astrologie, clé des vies antérieures :

“Les planètes rétrogrades sont importantes au niveau de l’analyse karmique puisqu’elles provoquent un travail sur soi, une évolution du comportement.

“Pour interpréter les rétrogradations, il faut sortir des schémas astrologiques terre à terre,  pour intégrer les valeurs des énergies planétaires.  Il faut considérer les planètes à leur niveau successif de conscience, la rétrogradation impliquant de passer au minimum du niveau primaire, physique-sensoriel – affectif, au niveau de l’interrogation psychologique réelle, suscitée par les obstacles et les événements, pour préparer l’évolution vers une ouverture à la puissance de mutation.

Le plus souvent le changement de plan de valeur qui interviendra dans l’existence présente, ne sera sensible qu’après une longue expérimentation vitale.

La logique est la même que pour les nœuds lunaires… La personnalité chargée de fortes motivations antérieures, qui ont constitué son univers mental et, forgé des réactions fondamentales revient sur terre porteuse de tendances dont elle devra se défaire, avant de pouvoir évoluer.

Dans les manifestations de la vie courante, ces imprégnations karmiques se retrouvent au niveau du comportement social et affectif, des instincts incontrôlables, des réactions gênantes pour l’environnement.

Dans l’analyse des rétrogradations, il faudra distinguer : les planètes rétrogrades recevant des aspects harmoniques qui indiquent la continuité de tendances non dommageables, ou des désirs exprimés au cours des vies passées et qui trouvent leur continuité dans la vie actuelle.

Les planètes frappées de carrés, de quinconces, de sesqui-carrés indiquent une répétition au cours de plusieurs existences, des mêmes failles de comportement social, affectif, intellectuel, psychique ou spirituel qui provoquent aujourd’hui un blocage très dommageable dans la vie quotidienne de la personne concernée…

Par son obstination à se considérer comme le centre du monde ou à ne privilégier que ses propres valeurs, par son mépris des autres et des lois humaines cette personne s’est mise elle-même, hors jeu. Elle  subit aujourd’hui le choc en retour de ses actes et pensées…

Habituée à vivre sur un mode particulier d’introspection, de distanciation, de sagesse plus ou moins forcée, une personne ne quittera pas ce comportement une fois la rétrogradation levée. L’apprentissage contraignant se prolongera par une discipline, devenue volontaire d’autant  plus que la personne aura réalisé que l’utilisation de la planète rétrograde dans son sens d’énergie vitale était source de joie et sa perversion, source de difficultés et de déséquilibre. Ainsi, on est libéré de l’action rétrograde, contraignante lorsqu’on a compris l’esprit en soi

De nouvelles habitudes de comportement, de nouveaux modes relationnels, de nouvelles orientations mentales sont alors acquises et l’être « libéré » ne songe guère à tirer parti de cette liberté… On ne se libère pas d’une rétrogradation, on devient autre avec elle lorsque  les habitudes et les acquis  anciens ont été abolis. Comment ?

La personne devra réaliser que le courant ne passe pas avec les autres et qu’elle doit changer  pour se faire admettre et pour pouvoir réaliser ses projets. Elle se heurtera à des obstacles répétitifs, des habitudes acquises jouant en sens inverse, engendrant un conflit au sein de sa personnalité, des déséquilibres assez importants pour que la personne perde ses certitudes et que le doute l’ouvre à l’introspection, à la réserve, à la prudence personnelle.

Il intervient une phase plus ou moins longue de prise de conscience douloureuse de la nécessité de transformation. C’est durant cette période que la personne accuse les autres de ses propres incapacités, fuit devant ses responsabilités et engendre symboliquement des aspects qui pourront se retrouver dans le thème d’une prochaine existence.

Intervient alors la phase évolutive où, ayant admis ses failles et constaté leurs résultats dans ses relations affectives, sociales, humaines, la personne appelle à l’aide, se tourne vers les autres, entre dans un nouvel apprentissage vital.

On peut considérer dès cet instant que la rétrogradation est levée, quelles que soient les indications des éphémérides. La planète dans sa maison natale prend une signification harmonique, non pas spontanée …mais volontaire et orientée vers l’évolution psychique de l’être…” 

 *une planète rétrograde est marquée sur le zodiaque, dans les éphémérides par un R.

 

Partager avec:

la bio resonance, une ouverture

C’est l’éternelle question que posa Jean Jaurès lorsqu’il présenta une thèse à la faculté de Lettres de Paris en 1891, il y a  130 ans: « Le monde sensible que nous voyons, que nous touchons, où nous vivons, est-il réel ? ».
Pour ceux qui le savent, vous pouvez sauter cette introduction :
Si vous touchez cette table en bois, c’est qu’elle existe ! Oui, à un certain niveau elle est bien réelle. Mais si vous changez de plan et que vous prenez un microscope à balayage, vous vous apercevez que cette table n’est en fait que du vide, car il y a un espace immense entre chaque atome, tout comme il existe un espace infini entre chaque étoile ! 

« e=mc2, la matière n’est qu’une forme condensée d’énergie », disait Albert Einstein qui reprit les travaux de Nikola Tesla* (1856/1943) sur les ondes “scalaires” : La matière est immatérielle, l’univers ne peut être né du hasard, et la conscience n’est pas enfermée dans notre boîte crânienne…

“Nos cinq sens ne peuvent appréhender qu’une part restreinte de la réalité. La physique quantique a mis en exergue des lois régissant l’énergie vibratoire des particules qui elles-mêmes répondent à des lois qui dépassent notre entendement de non physicien. La vitesse de la lumière n’a plus aucune influence sur un électron qui, même séparé de 5000 kilomètres de son électron jumeau réagira instantanément de la même manière à une même information ! Il n’est plus possible de décrire la réalité selon les lois de la physique classique, c’est-à-dire de façon déterministe”.

“On observe des phénomènes insolites – non connus – faisant intervenir de nouvelles notions telles que la non-localité, la superposition d’états ou le principe d’incertitude. Les particules observées peuvent apparaître à un endroit, puis disparaître et réapparaître ailleurs sans que l’on sache où elles étaient entre-temps ; une même particule peut être à deux endroits en même temps, ou se présenter sous deux formes.”

Jean Charron*, Physicien et Philosophe, a expliqué que notre « esprit » était contenu à l’intérieur de certaines particules de notre corps et, tel un hologramme, chaque « électron pensant ou éon »  contenu , un peu comme pour l’auriculothérapie, quand vous touchez un point dans votre oreille, celui-ci activant à distance l’organe en correspondance avec ce point. Ces électrons  pensants  enferment un espace–temps différent mais complémentaire de ceux que nous connaissons : ils possèdent des qualités spirituelles, mémorisent et ordonnent les événements passés et à venir, des  particules de vie éternelles.

“Les dernières recherches réalisées démontrent que notre code génétique , notre ADN ou notre patrimoine héréditaire, est porteur de l’information génétique sous forme d’une structure quantique organisée en hologramme, à savoir que chacune des parties contient l’information de la totalité., la cellule porte en elle l’information de la totalité de l’organisme vivant. Elle a la capacité de transmettre, de traiter et de réaliser un programme mémorisé en le déroulant selon un enchaînement programmé dans un espace-temps défini. Quand vous observez un grain de blé : celui-ci contient tout le code génétique de ce qui deviendra un bel épi de blé (fameux exemple de Dane Rudhyar, fondateur de l’Astrologie humaniste).  Tout est enregistré dans notre ADN dès notre conception.

L’acquisition des émotions commence dans l’utérus de la génitrice : toute émotion subie par notre mère (peur, colère, rancœur, chagrin, anxiété, tristesse) se transfère à l’enfant en se stockant dans nos gènes ainsi que dans nos tissus (os, chair). De plus, nos chromosomes utilisent des ultra-hautes fréquences et des hyperfréquences, des champs lumineux (type laser) et des champs acoustiques pour la transmission et la gestion des données biologiques.

” La santé consiste dans l’harmonie des relations énergétiques d’information entre l’individu et la nature ; cette harmonie s’exprime par l’homéostasie – équilibre – de l’organisme sur le plan physique, mental, et spirituel”, la régulation optimum des mécanismes de défense, d’équilibrage et de guérison des individus,  (docteur Youri Khefeits, praticien en thérapies quantiques). L’organisme a une certaine capacité d’auto-guérison : on a vérifié l’effet placebo- auto suggestion –  la guérison par le mental sans savoir ce qui se passe réellement en fait, (essais comparatifs dans Science et Avenir).

La thérapie quantique associe les dernières connaissances sur la structure profonde du vivant avec l’expérience millénaire de la médecine chinoise ( les méridiens d’acupuncture découverts, il y a 6000 ans, ont été validés par la médecine officielle,  il y a seulement une vingtaine d’années).

Cette thérapie est basée sur l’utilisation de petites doses de radiations électro-magnétiques, appelées quantas d’énergie, destinée autant au diagnostic qu’à la prévention et au rétablissement des personnes. L’action énergétique utilisée , est proche des rayonnements électromagnétiques de la nature et, est destinée à influencer de façon cohérente les fonctions de la cellule, des tissus et des organes de l’individu tout entier, les différentes techniques quantiques visent à corriger les anomalies fonctionnelles , ayant entraînées une pathologie, en envoyant une information correctrice visant à retrouver un état d’équilibre qu’on appelle, état de santé.  L’action quantique stimule cette aptitude tant au niveau de la cellule que du système vivant dans son ensemble, en mobilisant les mécanismes de défense de l’organisme et en augmentant rapidement l’immunité.

La thérapie quantique reconnaît l’interdépendance fondamentale entre le corps et l’esprit à tous les stades de la vie, tout en considérant sa dimension spirituelle.

Seuls des rayonnements à très faible énergie sont nécessaires et sont imperceptibles par le patient.  Elle s’appuie sur l’utilisation ces infimes quantités de lumière , les quantas,  qui composent le cœur de toute matière, en vue de la prévention et à la régénération de la santé des individus. Ce faible signal agit au niveau informationnel des cellules et interagit par phénomène de réactions en chaîne, sur l’ensemble de l’organisme : toute cellule a la capacité de transmettre, de traiter et de régénérer une information comme le ferait un ordinateur (Deepack Chopra, médecine occidentale et ayurvédique  “Santé parfaite”).

Un dysfonctionnement organique entraîne autour des cellules et des tissus un champ électromagnétique altéré, qui peut être rétabli. Elle est utilisée en médecine du sport et en médecine cosmonautique pour préparer les cosmonautes aux vols spatiaux.

Les techniques des  scientifiques intègrent  les derniers acquis de la physique quantique et l’expérience millénaire de la médecine orientale :juste par auto suggestion , scientifique russe renommé, eut l’idée, dans les années 1920, de construire un appareil pouvant générer un champ de fréquences à très large spectre, dans le but de générer les cellules atteintes de dysfonctionnementCette régénération se faisait de façon tout à fait naturelle en agissant sur la propre fréquence des cellules et, en leurs permettant de « vibrer » à nouveau de façon cohérente. Pour aller plus loin, il demanda au scientifique Nikola Tesla, déjà détenteur de plus de 1000 brevets (découvreur du courant alternatif), de perfectionner un oscillateur à ondes multiples, permettant d’activer des processus de guérison.

La bio-résonance englobe les méthodes de soins et appareils basés sur l’émission de rayonnements électromagnétiques, destinés à rééquilibrer l’énergie corporelle à l’échelle de l’infiniment petit. Après la mort de son père en 1942 (mystérieusement renversé par une voiture), Serge Lakhovsky souhaitait que l’œuvre de son père Georges fût poursuivie. Il a donc confié à Guy Thieux, ingénieur en géophysique la lourde tâche de mener à bien les expériences et applications de la thérapie basée sur les ondes électromagnétiques. Celui-ci s’est ensuite intéressé à la radiesthésie, et aux recherches sur  l’invisible. Il a publié une. collection de plusieurs années d’entretiens qu’il a eu avec Enel avant sa mort en 1963. le Tome I : Le Monde Astral et l’Occultisme et le Tome II : Science égyptienne et Médecine de l’Astral,  tome III  consacré à la Radiesthésie thérapeutique.

 

*Jean Charon fut un des physiciens qui se sont mis à parler de l’esprit et de la conscience,  disant que nous sommes faits de matière et d’esprit et qu‘il est  nécessaire d’avoir sur le problème de l’Esprit des notions aussi scientifiques, que celles que l’on a sur la Matière.,   auteur de plusieurs ouvrages, essais et articles scientifiques ou de philosophie scientifique (L’être et le verbe, L’Ésprit, cet inconnu, J’ai vécu quinze milliards d’années, Mort voici ta défaite, l’Esprit et la Science, Et le divin dans tout ça ?)

 

*Nikola Tesla, né le 10 juillet 1856 à Smiljan dans l’Empire d’Autriche (actuelle Croatie, mais d’origine Serbe) mort le 7 janvier 1943 à New York, est un inventeur et ingénieur américain. Il a principalement œuvré dans le domaine de l’électricité, mais était également ingénieur mécanique et physicien. Tesla a d’abord travaillé dans la téléphonie et l’ingénierie électrique avant d’émigrer aux États-Unis en 1884, pour travailler avec Thomas Edison, avant de collaborer avec George Westinghouse qui enregistra un grand nombre de ses brevets. Considéré comme l’un des plus grands scientifiques dans l’histoire de la technologie, pour avoir déposé quelque 300 brevets couvrant au total 125 inventions (qui seront pour beaucoup d’entre elles attribuées à tort à Edison). . Mais dans sa lutte pour imposer la nouvelle technologie du courant alternatif, il tomba sur plus fort que lui :Thomas Edison s’en tiendra au courant continu

Article d’après Santé-Energie

 

Partager avec:

Joyeux Noël 2020

Comme 2 et 2 font 4, cette année 2020 tout sauf rationnelle, se termine comme elle a commencé, dans l’angoisse du lendemain !

” 22  v’la les flics ” a sans doute été le résultat de la suite de chiffre,  si je peux me permettre. 

Pourtant , il y a eu de belles choses, de belles personnes, des héros du quotidien et des victoires sur l’adversité ! Cela ramène nos petites misères d’avant  à leur juste valeur ! On pensera : “dire qu’avant, je me suis fait du soucis pour ça ! “.

Certains ont supporté grâce à leur optimisme, d’autres grâce à leur scepticisme, et d’autres ont carrément pété les plombs en tirant sur les gendarmes : cruauté de la vie ordinaire !

On a tapé sur des casseroles comme des gosses de six ans pour encourager les soignants, les pompiers ont été là pour éteindre les incendies de poubelles et de bagnoles , soigner les bobos faits par les  coups dans les manifs et, les coups sur les bobos, tandis que le président n’a jamais  remis autant de légions d’honneur , à des victimes de la barbarie et à des barbares.

La vie ordinaire en plus plus. 

Parmi les petits miracles, ou les grands, il y a eu le sauvetage en mer , de Kevin Escoffier par Jean le Cam et , les “sauvés des eaux” dites douces,  de la Roya et de la Vésubie. Le tour de France, juste avant comme pour nous souvenir,  nous avait offert les belles images de nos chères vallées à jamais détruites,  qui ne seront plus jamais comme avant, en tout cas.

Cette énumération ne peut être exhaustive, il s’agit des moments qui m’ont fait pleurer ou sourire et m’émerveiller, car il faut toujours garder son âme d’enfant, même si ça fait mal…

“Mieux vaut avoir aimé et perdu ce qu’on aime, que n’avoir jamais aimé.”Alfred, lord Tennyson

Partager avec: