Elisabeth Borne Lecesne

Nous arrivons aux mois des Gémeaux et notre première ministre est notre exemple du mois, puisqu’elle est Bélier AS Gémeaux. Le Soleil est le “moi idéal”,   mais l’ascendant est le tempérament, le caractère le plus visible, le plus actif. Souvent, selon les aspects les deux sont occultés  par une planète se trouvant en conjonction, mais il n’en demeure pas moins qu’il est plus évident de voir un type de signe dans la lecture d’un AS que d’un Soleil, car il se manifeste dans le comportement du porteur de façon spontanée. 

Je ne dirais pas qu’il se voit, mais qu’il se ressent plutôt (extraversion, introversion par exemple). L’AS est gouverné par une planète qui elle, se situe, dans un autre signe qui lui donne une seconde teinte, notamment au niveau des gouts et des couleurs, montrant le lieu de la préoccupation spontanée principale durant l’existence.

Élisabeth Borne est née le 18 avril 1961 dans le 15e arrondissement de Paris du mariage de Joseph Borne avec Marguerite Lecesne, une pharmacienne du Calvados. Son père d’origine russe d’une famille réfugiée en France en 1939, résistant pendant la Seconde Guerre mondiale est déporté en 1942, il sera naturalisé en 1950. Joseph et Marguerite Borne ont dirigé un laboratoire pharmaceutique.

Le 16 mai 2022, elle est nommée Première ministre, seconde femme à occuper ce poste après Édith Cresson (1991-1992) dont on a connu le ministère éclair sous François Mitterrand (15 mai 1991 au 2 avril 1992.).

Sa nomination est un signal envoyé vers  les électeurs  socialistes et les verts  et du fait de son ascendance,  elle envoie également un signal sur la diversité française (fille d’émigré russe déporté,  naturalisé en 1950),  ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion depuis le 6 juillet 2020 sous le gouvernement de Jean Castex,  elle a mené à terme trois chantiers législatifs : la loi énergie-climat, la loi d’orientation des mobilités et la loi sur l’économie circulaire.

Durant son précédent poste en 2019 , Élisabeth Borne ,   ministre de la Transition écologique et solidaire, ne s’est « jamais départie d’une grande prudence en abordant les chapitres environnementaux de la politique nationale. ». Elle se définit comme « une écologiste de terrain ». En raison de précédentes déclarations jugées peu favorables à l’environnement, au sujet de la taxation des carburants maritimes ou du kérosène, certaines personnalités et associations se montrent sceptiques envers elle.

Élisabeth Borne sort de l’École polytechnique (promotion 1981) ingénieur diplômée de l’École nationale des ponts et chaussées en 1986, et diplômée du MBA du Collège des ingénieurs.

Soleil en Bélier en secteur XI, des projets, dont le maître est Mars en Cancer en II : intérêt fort pour un travail dans   la fonction publique, et les question de sécurité familiale, Cancer.

L’AS est en Gémeaux, signe de  Mercure, qui se situe en XI, lieu  des projets humanistes,  qui seront le but de la vie. On y trouve aussi Vénus rétrograde en conjonction avec Mercure et le Soleil. L’approche verbale personnelle est  dans le charme plutôt que dans l’agression , Mars se situant en Cancer, peu retenu par Saturne en fin Capricorne, bien que conjointe a Jupiter qui insuffle une donne positive quoique inflationniste.

Le Soleil est sextil au nœud sud et trigone au nœud nord : ici nous trouvons l’apport positif du père, de l’hérédité. L’axe nodal en Vierge-Poissons inversé se situe dans l’axe X/IV : la résolution de son dharma sera de vivre son foyer -ou son pays- après la réussite en maison X dans le signe sauveur des Poissons ,  en s’occupant de choses  plus terre à terre comme la gestion : c’est ce qu’elle a fait dans les postes où elle a exercé : les comptes, les économies,  plus que les envolées lyriques… mais ça dérange et à peine arrivée, on l’a déjà mis dans la case de la gentille ministre pas trop encombrante et docile qui pour plaire aux médias devrait ressembler à une virago, qui le lui reprocherait de toutes façons.

Mercure est régente karmique nord, ainsi cette planète prend de l’importance ; le Bélier est un  signe qui agit, Mercure ici ne se laisse pas impressionner par les autres, et prend ses décisions tout seul, même si c’est en ayant l’air de céder aux pressions par politesse ;  la Vierge et les Gémeaux sont très différents : ici j’entends que les Gémeaux sont des amuseurs qui survolent gaiement, tandis que les Vierges sont des besogneuses qui dérangent. Mais l’un comme l’autre sont mentaux, et pigent vite. On ne sort pas  polytechnicienne par hasard, et l’adjectif techno n’est pas une insulte dans un pays ou le blabla remplace souvent l’action. Il ne suffit pas de faire de grandes envolées lyriques pour être efficace, il vaut mieux agir.

Sa Lune trigone Saturne en VIII, est aussi en Gémeaux  en XII;  ceci qui est en rapport avec le régent karmique sud en Poissons, et nous ramène à des problèmes familiaux (père ou mère) , la Lune est d’ailleurs carré à l’axe nodale, impliquant qu’elle est  émotive : influence transmise au niveau de la sensibilité par son père qui fut un juif russe déporté, mais Soleil sextil nœud nord et sud.

Dans la foulée, comme Pluton rétrograde est en conjonction au nœud nord, la lune est carré à Pluton  : c’est une personne qui ne se laisse pas faire, et qui a une certaine puissance  et, qui va savoir s’en servir. Elle a déjà subit les critiques des médias, bien sur, mais comme vous le savez, les Gémeaux ont plus d’un tour dans leur sac. Ce  n’est pas le signe de tout repos, qu’on manipule comme on voudrait  : il n’en fait qu’à sa tête.

Elle est devenue première ministre dans un moment où les enjeux sont majeurs, et on verra si elle reste à ce poste après les législatives.  En tant que femme, je le lui souhaite . C’est la caution féminine du gouvernement qui se veut  consensuel pour le moment. On a compris que ce qui compte ici , c’est son nœud nord en Vierge, mais il faut aussi savoir que Pluton jouera son rôle dans l’histoire.

 

CV : Elle commence sa carrière en 1987, quand rejoint la direction régionale de l’Équipement d’Île-de-France en 1989. Au début des années 1990, elle devient conseillère au ministère de l’Éducation nationale auprès de Lionel Jospin puis de Jack Lang

Après un passage chez Sonacotra en tant que directrice technique, en 1997  elle devient conseillère technique chargée des transports dans le cabinet de Lionel Jospin.  

En 2002, elle devient directrice de la stratégie de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF). De 2008 à 2013, elle est directrice générale de l’urbanisme à la mairie de Paris.

En février 2013, elle est nommée préfète de la région Poitou-Charentes et préfète de la Vienne, première femme à occuper ce poste.

De 2014 à 2015, elle est directrice du cabinet de Ségolène Royal au ministère de l’Écologie, et mène, les discussions d’un groupe de travail parlementaire sur les autoroutes faisant suite aux rapports de la Cour des comptes, du Sénat, de l’Assemblée nationale et de l’Autorité de la concurrence critiquant « la rentabilité exceptionnelle » des autoroutes ; Élisabeth Borne et Alexis Kohler négocient le protocole d’accord  en avril 2015 – entre l’État et les sociétés concessionnaires d’autoroutes, qui allonge jusqu’à six ans les concessions accordées aux groupes privés et élabore un rattrapage tarifaire qui se traduit par un surcoût de 500 millions d’euros pour les usagers.

Elle succède le 20 mai 2015 à Pierre Mongin à la tête de la Régie autonome des transports parisiens (RATP , et  annonce le recrutement de « 3 000 nouveaux collaborateurs » au cours de l’année 2016 au sein de la RATP.

Elle rejoint La République en marche. En mai 2017, elle est nommée ministre chargée des Transports, auprès  du ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot. En juillet 2017, elle annonce vouloir donner la « priorité aux déplacements de la vie quotidienne », estimant que  l’argent doit prioritairement aller à l’entretien et à la modernisation  des réseaux existants et, elle s’engage le 13 décembre 2017 pour un « plan national vélo » et fait restaurer 170.000 vélos.

Début 2018, elle conduit une réforme de la SNCF -ouverture  à la concurrence du transport ferroviaire,  transformation du statut de l’entreprise et arrêt du recrutement au statut de ses agents à partir du 1er janvier 2020, ainsi que la reprise progressive par l’État de 35 milliards d’euros de la dette de l’entreprise publique. Confrontée à la plus longue grève de la SNCF, elle fait voter cette réforme qui lui attire l’hostilité d’une partie importante du monde cheminot et de la gauche radicale qui l’accusent d’affaiblir le secteur ferroviaire, des petites lignes et du fret.

Elle présente le 26 novembre 2018 en le projet de loi d’orientation des mobilités, qui traduit la volonté du Gouvernement de donner la priorité aux transports du quotidien comme « un antidote aux fractures sociales et territoriales ».

En juillet 2019, elle annonce l’ « écotaxe » d’un montant de 1,50 à 18 euros sur les billets d’avion à partir de 2020 pour tous les vols au départ d’aéroports français, (sauf pour les vols en correspondance et ceux vers la Corse ou les territoires français d’outre-mer)  qui doit rapporter 182 millions d’euros à partir de 2020, destinés à des investissements pour des infrastructures de transports plus écologiques, notamment le ferroviaire,  votée en octobre 2019.

En 2019, elle défend au Parlement un projet de loi énergie-climat,  décrétant « l’urgence écologique et climatique » et actualisant les objectifs de la politique énergétique de la France, en prévoyant d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050, une baisse de 40 % de la consommation d’énergies fossiles d’ici à 2030 (contre 30 % précédemment), et la fermeture des dernières centrales à charbon en 2022 et décale  de 2025 à 2035 la réduction à 50 % de la part du nucléaire dans la production électrique adoptée le 26 septembre 2019.

Elle appelle EDF à « réfléchir » à son rôle au cas où un scénario « 100 % énergies renouvelables » serait retenu  pour la fourniture d’énergie en France, aux dépens de nouvelles centrales nucléaires. En juin 2020,  elle déclare être confortée « dans l’idée qu’il faut avoir un mix électrique diversifié », et estime que « dépendre d’une source d’électricité à 70 %  n’est pas la façon d’être le plus résilient » – (mise à l’arrêt, de la centrale nucléaire de Fessenheim).

En  2019,  tout en maintenant le projet d’urbanisation du Triangle de Gonesse et celui de la gare le desservant, elle annonce l’abandon du projet EuropaCity qui avait fait grand bruit.

Puis, alors que l’Assemblée nationale vote, après un avis favorable du gouvernement, un amendement reportant de 2020 à 2026 l’effacement de l’huile de palme de la liste des biocarburants qui bénéficient de la minoration de la taxe générale sur les activités polluantes, comme « le premier vote sur ce sujet sensible s’est fait dans le dos d’Élisabeth Borne, elle  œuvre pour obtenir une deuxième délibération aboutissant finalement au maintien de l’huile de palme sur la liste des biocarburants taxés à partir du 1er janvier 2020, au grand dam de Total qui avait milité pour un sursis jusqu’en 2026  afin d’alimenter la plateforme de la Mède : elle est écartelée entre ses promesses vertes et son souci d’encourager l’activité économique. En décembre 2019, la direction générale des douanes et droits indirects publie une note qui maintient l’exonération fiscale pour un sous-produit de l’huile de palme (les « acides gras de palme », dits PFAD, tout aussi mauvais), malgré la suppression du principe de cet avantage par le Parlement.

En mai 2020, lors du déconfinement consécutif à la pandémie de Covid-19 en France, elle lance la création d’un plan destiné à favoriser la réparation des vélos. Ce plan, dit « coup de pouce vélo » accompagné du déploiement temporaire de pistes cyclables, aurait permis, mi-juin 2020, de procéder à la remise en état d’environ 170 000 vélos. En juin, elle annonce le triplement du budget pour viser « le million de vélos remis en état d’ici à la fin de l’année »

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.