Noël symbolise aussi la souffrance des femmes démunies

En ce jour de Noël , pour la plupart, tourné vers la consommation ,   une fête de réunion des familles dans laquelle ce qui compte souvent ce sont les cadeaux, je pense à ce que le christianisme représente : il s’agit de la naissance dans une étable, du christ, fils de juifs, qui adulte, a pris un chemin différent pour créer une nouvelle mouvance, avec quelques personnes nommées ses apôtres, ses compagnons.

Tout le monde ou presque sait comment cela  fini : lorsqu’on est dissident,  certains diraient sur l’échafaud, pendu aux Etats-Unis , mais à cette époque les romains crucifiaient. Lorsqu’ils voulaient décourager toute résistance, ils mettaient des milliers de croix avec les captifs à l’entrée des villes à la façon des égyptiens. C’était tristement banal ; on dirait aujourd’hui que c’est un fait de barbarie. La souffrance physique est énorme. Mais qui pense à la souffrance des mères, ici de sa mère, Marie ?

Fils unique, fils différent, fils rebel, fils plus intelligent sans doute que sa mère (son père serait un nouveau dieu), il s’agit quand même d’un enfant de chair, de la chair de sa mère.  Elle pleure au pied de la croix, elle tient son cadavre dans les bras. Sa souffrance ne s’éteindra qu’avec sa mort :. avant elle propagera son credo dans le bassin méditerranéen.

Qui sait qu’elle a élu domicile dans le département du Var en traversant la méditerranée avec Marie-Madeleine qui a vécu dans la grotte de la sainte Baume, durant trente ans , où  celle-ci est enterrée à côté de saint Maximin, et dont des reliques  se trouvent dans la crypte de la basilique dans  le village médiéval de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume   : un crâne et des os de  MarieMadeleine, celle qui aurait été la compagne de Jésus*. En tout cas, c’est ce qu’on pense. On se demande encore si Marie se confond dans la légende, avec Marie -Madeleine.

Qu’importe, il s’agit encore de la souffrance de femmes : celle dont tout le monde se moque. Ce qui compte, c’est qu’ils aient raison et surtout qu’ils  justifient  leur violence au nom de leur pouvoir, de leur puissance, tant pis si les enfants n’ont pas de cadeaux à Noël dans les foyers, et si d’autres crèvent de froid dans la rue et dans la zone.

*C’est l’Église qui a institué le célibat très tardivement

 

Partager avec:

Écrit par 

2 commentaires sur “Noël symbolise aussi la souffrance des femmes démunies”

  1. Merci pour vos enseignements , vos articles qui accompagnent et ouvrent nos esprits .
    Bon Noël dans la paix et l’amour et déjà bonne année 2022 .
    Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.