L’ère du Verseau

   L’ère du Verseau, signe d’air, serait une promesse de jours “meilleurs”.

Les Poissons, qui sont l’ère de Neptune, terminent le zodiaque.

Comme la Terre bouge d’un degré tous les 72 ans vers l’ouest, par rapport aux constellations du zodiaque, nous passons d’un signe à l’autre en 2150 ans, nous rétrogradons au niveau des signes.

La transmission par voix orale et écrite, nous a permis de connaître quelques détails sur l’ère des  Gémeaux, puis grâce à certaines parties de la Bible et les transmissions des écrivains grecques, romains, arabes, on connaît l’ère du Taureau, celle du Bélier, puis est venue celle des Poissons, que l’on a daté “an zéro” d’après la naissance du Christ erreur de plus ou moins quatre ans,, mais qui a permis d’étudier les époques  précédentes, notamment en Occident.

Même si le Verseau symbolise un homme versant “l’eau de la connaissance”   (maison XI) , la planète Uranus n’est pas la dernière du zodiaque. On a donné au signe des  Poissons la symbolique et, la mission d’apporter la réalisation d’un amour universel avec pour commandement l’amour dans les quatre évangiles,  supérieur à tous les commandements de l’ancien testament , et on sait que Bouddha enseignait la même chose, huit cents ans auparavant.

Ce que les hommes en ont fait fut différent , aussi  pensant que beaucoup ont échoué, l’idée  qu’une nouvelle ère qui serait plus douce est entretenue par les “mages” et les gourous, dont beaucoup disent recevoir des messages de l’au-delà , en ce sens.

Si on est d’accord pour dire que l’ignorance, si elle fait de nous des agneaux, fait aussi de nous des imbéciles, de pauvres gens sans défense, la connaissance n’est pas tout. Il faut quelque chose en plus,  car la connaissance sans âme n’est rien , on en voit les effets : les connaissances se propagent à la même vitesse que les rumeurs, et les contre-vérités, les contestations des droits des uns s’élèvent contre celles des autres, chacun ayant, du fait de sources multiples mais pas toujours justes, un flot d’informations.

La liberté est l’attribut  donné à Uranus,  mais elle est mal comprise :  c’est un concept concret lorsqu’on parle d’emprisonnement et de jugement arbitraire mais en dehors  de la justice ,  il ne s’agit pas d’être libre de décider  pour soi de tout  ce qui est bon ou pas,  mais de faire passer la communauté, dont on fait partie et dont on profite,  avant soi, si c’est moralement possible. Par une loi invisible et visible  (les deux car on a des papiers qui attestent de notre appartenance)  nous sommes reliés au village, au territoire dont nous profitons. Nos parents, et nous-même avons par la loi invisible, adhéré à ce concept.

La véritable  liberté est intérieure. Elle vient par l’Eveil, l’éveil d’une conscience de la globalité. “On ne voit bien qu’avec le cœur” disait Saint-Exupéry ! Ici, il s’agit de Neptune, maitre des Poissons.

Le Verseau n’est pas le signe du cœur : le cœur, c’est le Lion, qui est le Soleil, la lumière, la création, la vision, sans laquelle nous n’existerions pas (même si on a mis dans le signe du  Lion, la formation de l’ego dont nous avons besoin pour savoir qui nous sommes, ce qui lui a donné une réputation de dominant et même de patriarcal). 

Le signe du Verseau, même s’il a lâché la terre du Capricorne, les lois et les limites de Saturne,  est encore dans sa froideur. Uranus est l’octave supérieur de Mercure, le mental. Le Verseau commence à avoir le détachement des Poissons, mais il intellectualise trop jusqu’à en devenir inhumain ; nous croulons sous des notions qui n’ont plus rien à voir avec la vie : “destructuration du masculin , notion de genre mise en accusation dés la maternelle, cancel culture, etc”. S’il faut évoluer, la nature restera toujours la nature, ce que nous voudrions y apporter c’est de l’humanisme, non pas de l’hermaphrodisme.

Dans le zodiaque, l’aboutissement de la spiritualité est symbolisé par le signe des Poissons, le signe du Sauveur, de celui qui s’ouvre au plus grand Tout : « Ce qui est en bas est comme ce qui est en haut, et ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». (Enseignement de Hermès Trismégiste).*

 “Aimez les autres comme soi-même”  signifie autant que soi-même, mais pas plus que soi-même, partant du fait que l’être humain doit s’aimer d’abord et naturellement en premier, pour pouvoir ensuite aller vers l’autre en paix avec lui-même. Il ne faut pas confondre “tendre l’autre joue”, avec “être masochiste”, mais savoir que le pardon est d’abord un profit pour soi-même, avant qu’il n’en soit un pour celui qui a été l’agresseur, car la haine et le désir de revanche sont aussi des poisons pour l’âme.

L’empathie fait fonctionner les hormones du plaisir dans notre cerveau, pas la haine, sauf chez les pervers. On parle de tolérance, mais on  rencontre au minimum  l’indifférence, et  il n’y a souvent qu’un esprit d’ “œil pour œil”…

L’ère du Verseau qui n’est pas encore là, mais dont nous sentons les frissons,  insuffle un vent de communication,  axe III/IX,  propose des projets de société, d’espoir d’une vision différente, tandis que l’ère des Poissons échoue progressivement à cause de la détérioration de la planète  liée à l’exploitation de l’humanité et à la surexploitation des surfaces disponibles, laissant en jachère des surfaces exploitables, et des zones vides qui pourraient être repeuplées par des migrants sans domicile.  Aussi, que pourrait nous apporter le fait d’aller en arrière, en Verseau, sinon la foudre d’Uranus (déjà perceptible dans toutes les luttes actuelles pour une liberté qui devient une  confrontation continuelle sur tous les sujets de société (y compris le genre de l’humain, sa nourriture), excepté si nous effectuons progressivement un changement alliant la générosité des Poissons et l’inventivité des Verseaux..

Comme il y a de la Vierge, attentive et soignante dans les Poissons, on peut penser qu’il y aura encore du Lion durant l’ère du Verseau, pour ramener les choses à un niveau plus pragmatique dans le meilleur des cas, sinon ce ne serons qu’ idéologies*  différentes  qui font partie de l’inconscient collectif, depuis à la nuit des temps : luttes, suprématie, conquête, pouvoir.

 

*La cosmogonie (du grec cosmo- « monde » et gon- « engendrer ») est définie comme un système de la formation de l’Univers. Des récits oraux de cosmogonie fondent presque toutes les religions et sociétés traditionnelles… Des milliers de légendes de création du monde et de récits cosmogoniques traditionnels relatifs aux origines du monde, des dieux ou des institutions appartiennent à la catégorie des mythes fondateurs. Les figures idéales et les modèles intemporels y ont donc une place importante. La variété des récits de création du monde, à travers leurs théories des origines, semble aussi exprimer le besoin immuable de décrire et peut-être justifier les transformations radicales du monde observable, de la Terre et de la société humaine.( d’après Wikipédia)

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.