Beethoven et Toulouse-Lautrec : Sagittaires AS Scorpion

Nous allons voir quels thèmes ont ces deux génies qui à priori , ne devraient rien avoir ou presque en commun,  musicien et peintre de deux siècles différents,  nés à cent ans d’écart (1770 et 1864) , d’éducation différente, de milieu socio-culturel différent. C’est en écoutant la vie de ces deux grands artistes,  que j’ai recherché leurs dates de naissance. Et sans surprise, finalement, j’ai découvert  beaucoup de similitudes confirmées par l’astrologie. Tous  deux ont eu une piètre vie amoureuse,  ce qui conduit souvent à trouver un  Mars rétrograde , typique des misères du cœur quand la planète est affectée par des aspects difficiles. Mars rétrograde est le marqueur de l’action mais aussi de la “virilité” masculine, de l’anima masculin, en rien  marqueur d’un manque de virilité ou d’activité  mais certainement d’une certaine  fragilité qu’ils essaient de compenser par une hyper activité ; on rencontre aussi souvent des hommes  durement touchés dans leur vie familiale, ou hors de leur famille durant leur jeunesse ; la vie n’a pas été toujours tendre avec eux, même si les apparences sont trompeuses. Ils en font toujours plus que les Mars directs pour se prouver et, prouver aux autres qu’ils sont à la hauteur, ils s’épuisent en travaillant plus intensément, ils sont plus gentils, etc. Un espoir , cependant, ils peuvent prendre leur revanche quand Mars durant la vie redevient direct par progression*, et que son énergie se libère. Ils se rebellent alors contre les concessions que la rétrogradation leur avait fait accepter, en devenant peu à peu plus assurés .

Autre trait intéressant dans ces deux analyses, on voit que les marqueurs habituels  de la créativité et de l’innovation , les planètes lentes  Neptune et Uranus  bien placées  aspectent les rapides, Vénus et Lune qui sont l’inspiration et la sensibilité ; mais elles ne sont pas forcément angulaires au sens de placées  en I, IV, VII, X. C’est ce qu’on note en étudiant généralement , les artistes.

Cette année 2020, marque le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven , né  le 17 décembre 1770. Il eut plusieurs maîtres de musique dont Haydn durant deux ans, qui eut une  influence sur son style classique viennois,  l’amenant doucement au romantisme, dans des pièces  comme “la symphonie pastorale” ou la sonate du printemps.” Tout le monde connaît sa 9e symphonie, dans laquelle se trouve l’hymne à la joie, qui a un caractère universel, réunissant l’humanité dans un même mouvement. Cette musique a aboli les différences : à Pékin, les étudiants défilaient au son de la 9e. Les oppresseurs l’ont aussi joué. C’est l’hymne de l’Europe depuis 1985. C’est l’hymne de la réunification allemande au moment de la chute du mur en 1989. Cet hymne à la joie qui fut fait à partir d’un poème de Schiller a été repris par tous les groupes pop, rock, a été utilisé à la télé, au cinéma, dans la pub.

Ludwig van Beethoven était complètement sourd dès le milieu de sa vie , mais il est mort d’une accumulation de problèmes de santé, dus à une enfance relativement difficile : on pourrait faire un parallèle avec Mozart ; il commence à jouer à 7 ans en public ; son père alcoolique est un maître très sévère, même brutal : Ludwig devient très tôt  organiste à l’église et, subvient aux besoins de sa  famille, on voit le début de sa vie , hors du commun, avec Uranus rétrograde en VII, au nœud sud angulaire, maître de la IV, en Taureau signe de Vénus.

Un des marqueurs de la musique est Mercure direct en Sagittaire conjoint au soleil et à Jupiter en II (argent gagné par son talent) opposé à Mars   rétrograde(21/22°). Mars   indique la maltraitance : les nombreuses otites non soignées,  qui le rendirent sourd,  preuve s’il en est que Mars  a porté atteinte à sa santé, et le fait que ce soit dans le secteur VIII, indique la cause première de sa santé déficiente . Les éléments prédominants sont le feu et la terre, très peu d’eau et d’air, ce qui est paradoxal pour un musicien, mais qui lui permirent de vivre, et de travailler.

Il est notable de voir les luminaires sous la protection d’un trigone de Saturne qui apporta une protection minimaliste en II , dans le signe du Sagittaire signe de la communication au plus haut niveau, mais sous la maîtrise d’un Jupiter déjà en Capricorne, donc protection toute relative.

A cette époque, pour gagner sa vie, il faut être maître de musique chez un noble, ce qui équivaut au niveau salaire, à un cuisinier.

Original, par la suite, il sera le premier à faire imprimer ses partitions et à les vendre à l’éditeur le plus offrant (Uranus en Taureau). Il donne également des cours de musique à des jeunes filles de famille riches, qui le mettent dehors, dès qu’il fait une demande officielle en mariage, car il n’est pas du même monde ; il a besoin d’une femme cultivée mais ne peut y prétendre à cause de sa pauvreté : sa Vénus est en Capricorne et conjointe à la lune noire et à Pluton en III, et fait un quinconce avec Mars en VIII ; il ne veut pas de second choix, il restera donc seul et se contentera de rencontres de hasard, Balance en XII. Ces échecs  amoureux (Uranus en VII carré Saturne en X) et ses maladies, ont contribué à son fort mauvais caractère.

Son mal, commencé à 8 ans, à 31 ans il songe au suicide à cause de sa surdité. Il ne peut plus se produire. C’est une sorte de première mort et à 35 ans, quand il compose la IXe, sa surdité est totale, mais  bien qu’ayant aussi une cirrhose et d’autres maux, il est solide !  Pluton en III en Capricorne, est le maître de son AS Scorpion : on peut penser qu’il aurait bien aimé renverser les conventions, et les gens en place qui ne lui faisait pas une petite place.

Uranus et Neptune, les planètes créatives et intuitives sont dans des signes de terre, en trigone à Pluton en Capricorne, maître de l’AS, reliées entre elles par une pyramide de trois trigones, auquel on  ajoute le trigone Neptune-Vénus (14°/26°) , le capital artistique de son thème. Son problème est affectif : le carré Lune-Neptune  le mène à la gloire avec Neptune en secteur X,  la Lune en secteur II , apportant la réussite et l’argent. Il meurt à 57 ans, au second retour de Saturne qui se trouve dans le natal au MC, en quinconce à Pluton en Capricorne…

Henri de Toulouse Lautrec,  né le 24 novembre 1864 à 6 h à Albi, était adoré par ses parents qui étaient cousins germains  ; ils sont riches, vivent de leurs rentes, et son père est fauconnier par passion. C’est un  bon cavalier, le petit garçon veut lui ressembler , ce qui causera son drame, quand il se rompt les deux jambes en faisant une chute de cheval dans un fossé ce qui arrête sa croissance, malgré tous les traitements difficiles utilisés, puis on découvre qu’il a des problèmes  osseux. Ainsi les deux hommes, malgré leurs milieux différents sont victimes de leurs propres pères, mais le destin s’y prend différemment.

Il commence à dessiner et, guérit,  part à Paris pour étudier le dessin. Il écrit régulièrement à sa mère qui le soutient. Il peint et dessine, cherchant ses modèles au bistrot , au cirque,  dans les bals, à l’opéra,  dans les foires, au cabaret du Moulin rouge, au Lapin Agile, dans la maison close qu’il fréquente, et où il vit souvent. Il fait les affiches, les illustrations de la “Revue blanche”,  fait les décors de théâtres.

Il devient vraiment célèbre à partir du moment où il fait les affiches des artistes de cabaret : la Goulue (de nom Weber),  Jane Avril,  et surtout celles d’Aristide Bruant qui l’impose, car il adore son originalité.

Il gagne sa vie, mais son complexe physique (il est de petite taille avec des jambes difformes, mais beau de visage)  le pousse à boire. C’est la grande époque de l’absinthe qui est mortelle et il attrape la syphilis dans les bordels. Tout cela le  détruit petit à petit, il devient paranoïaque, il est interné par sa mère durant quelques mois. Puis, il retrouve sa liberté, mais malgré une surveillance assidue, il récidive, se détruit. Il meurt à 37 ans au moment du retour des nœuds lunaires – nœud nord en Scorpion en XII

Comment en est-il arrivé là ? comme Beethoven, il est ascendant Scorpion ce qui lui met la Balance en début de la XII, la Lune est en XI avec Saturne sur l’entrée de la XII, et son nœud nord est également en XII, les lieux de reclus comme les maisons closes, et l’hôpital .

Vénus en Capricorne indique le peu de chance, l’austérité, la maigre portion affective, elle est carrée à Neptune en V,  lieu de créativité, en même temps , il devait aimer des femmes qui ne l’aimaient pas.

Vénus est  dans un carré parfait (5°/5°) mais qui active les trigones de terre  entre Vénus en Capricorne, Pluton en Taureau : son amour contrarié de la  vie par toutes les limites du Capricorne. Vénus est sextil au nœud nord, dans les mêmes signes, mais Pluton est la source de sa perdition…

J’ai fait une synastrie de leurs thèmes et les ressemblances sont bien visibles :Pour les deux, le Soleil est en Sagittaire et l’ascendant est en Scorpion. Ils ont aussi  la force de Jupiter mais la force et la souffrance d’un tempérament combatif et anxieux . Saturne chez Beethoven, fait un trigone en X, il sera reconnu durant sa vie en conjonction avec Mercure ,le Soleil, et Jupiter.

Lautrec a Saturne à l’ entrée de la XII en aspect au nœud nord en XII. Il n’a pas su se limiter, enfant gâté, il s’est laisser aller.

Mars rétrograde en Gémeaux est chez les deux, quinconce au nœud nord en Scorpion, car leur axe nodal est le même ! Les deux ont Vénus en Capricorne et Mercure en Sagittaire !

La différence entre la disposition des maisons des deux thèmes, avec le même ascendant, réside dans l’interception de l’axe des signes Lion-Verseau que possède Lautrec dans l’axe des maisons III/IX, de la communication , la musique ; Lautrec s’exprime par le dessin, la flamboyance des couleurs, son style.

Lorsqu’on regarde le thème, on note d’abord  la conjonction Soleil- Mercure- Jupiter qui existe dans les deux thèmes, mais tandis que la Lune chez Beethoven est  en opposition à Mars, elle est dans le signe doux mais masculin de la Balance, trigone à Mars, sextil au Soleil chez Lautrec (importance de l’anima, des femmes protectrices).

Elle est carrée à Neptune chez Beethoven et, opposée à Neptune chez Lautrec. Au niveau du talent, l’inspiration est là, on note que quelque soit l’aspect, l’artiste est inspiré avec un aspect lune-Neptune.

Mais au niveau amoureux, c’est souvent la désillusion affective.

Chez Henri de Toulouse Lautrec, la Lune en Balance est trigone à Mars rétrograde Gémeaux, indiquant une protection des femmes, toutes les femmes (il avait voulu se marier) alors que chez Beethoven, l’opposition Lune Sagittaire-Mars montre clairement qu’il préfère souffrir dans la solitude, car son goût le porte vers le partage de son art, avec des créatures de naissance plus élevées (axe II/VIII).

C’est le paradoxe : l’un a voulu monter, l’autre s’est obstiné à descendre dans l’échelle sociale, mais un Soleil conjoint Jupiter en Sagittaire montre leur ambition, l’ampleur de leur production en I chez Toulouse-Lautrec qui voulait surtout être, exister et, en II, chez Beethoven qui devait gagner sa vie, par son talent

 

*Il faut compter un jour un an après la naissance dans les éphémérides. Le fait qu’une rétrograde soit d’abord stationnaire et repasse directe mais encore stationnaire, donne une approximation de une ou deux années au moins.

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.