Arrivée du Capricorne : l’ombre de Saturne

L’efficace, le certain, le connu, l’établi, contrôle, c’est Saturne.

Être Capricorne, c’est avant tout connaitre les limites, on les fait siennes par goût ou par peur inconsciente de sortir des clous, mais aussi avoir un énorme sens des responsabilités, qui dépasse tous les élans qu’on peut avoir vers les plaisirs de la vie, au point de faire de soi un ascète convaincu, qui peut passer son temps à culpabiliser ceux qui l’entoure. Être Capricorne, c’est être souvent seul, mais aimer sa solitude, et c’est souvent la solitude du chef , secteur X du thème. C’est beaucoup agir, faire beaucoup

Que représente Saturne, dont on parle encore et toujours  en le nommant le seigneur du karma, ce qui revient à dire maitre de notre déterminisme, de la fatalité de la vie humaine ?

Les limitations, les interdictions qui nous agressent , les murs qui se dressent devant nous, les portes qui se ferment, le temps qui passe, c’est Saturne, Chronos, le temps qui nous fait prendre conscience de notre faiblesse.

Les échecs, les combats, les rivalités, les peurs,  dans la maison où il se situe et celle dont il est le maître, le propriétaire, c’est Saturne, et dans celle qu’il transite.

Saturne dans un signe ou dans une maison fait de l’ombre, c’est même ce qu’on appelle en psychologie « l’ombre » à savoir quelque chose que psychologiquement nous n’acceptons pas en nous et même qui nous déplait, mais qu’on envie chez les autres !

L’ombre est une notion psychanalytique décrite par Jung, symbolisée par Saturne en astrologie, à une époque où Saturne était chargé de tous les maux…Imaginez un taureau dans une arène, l’ombre est derrière lui , de l’endroit où il jaillit et, il doit aller dans la lumière et combattre,  c’est notre situation !

L’ombre, symbolisée par Saturne, indique le lieu – la maison et le signe – où se focalise un manque conscient, une imperfection dans le vécu . Nous pouvons  avoir Saturne en “mauvais” en signe,  mais en “bonne” en maison , comme Saturne en maison X – en Sagittaire.

Saturne est appelé le “seigneur du karma“, car il préside à la mort,* à notre fin, puisque c’est le temps et que nous sommes soumis à son rythme. (Cependant depuis qu’on a ajouté dans le spectre zodiacale Uranus, Neptune, Pluton et Chiron, il est relégué au rang de grand censeur).

Peu à peu, on en a donc “adoucit” l’approche . Saturne nous structure, il nous oblige à  prendre nos responsabilités à bras le corps, souvent au travers de crises suffisamment fortes pour nous mettre à plat : il nous met face à nous-mêmes, broyant notre mauvaise foi, notre manque de courage, notre pseudo sécurité intérieure, faite de faux semblants.

Le karma de Saturne, qu’on pourrait appeler déterminisme, c’est aussi ce que nous devons vivre envers et contre tout, ce que nous avons choisi de faire et, il faut souvent sacrifier pas mal de choses pour y arriver : c’est la finalité de Saturne, on apprend que chaque expérience  difficile de la vie est porteuse de transformation positive.

Certes, Saturne est sans compromission, c’est l’image d’une certaine fatalité lorsqu’on ne l’accepte pas. Si on accepte, alors  tout va mieux : quelque fois il faut arrêter de résister, de lutter, et laisser aller les choses,  attendre et voir, là  Saturne nous apprend la patience, et nous rend plus autonome, c’est le moment où l’on dit “je ne peux compter que sur moi”. 

Saturne gère la peur – le plomb de Saturne-  il faut la faire passer à la conscience solaire. Il faut repérer les peurs pour ne plus être des animaux : « je peux la transcender ». L’ombre m’amène à m’enfermer dans du sécurisant . Le processus d’intégration de l’ombre, est lié à ouvrir nos limites, grâce à Uranus. Lombre positive correspond aux  talents, à des qualités que nous repérons moins facilement chez nous, que chez les autres personnes : “si je me compare, je fais jaillir de l’ombre positive”. La plupart du temps,  les modèles parentaux dont Saturne est la représentation, construisent l’ombre (faire le contraire de ses parents, ne pas faire comme ses parents).

Un Saturne en I est mature par rapport à la moyenne des gens, mais il peut y avoir quand même la peur de ne pas savoir faire les choses.  Saturne en I ou VII, c’est un grand sentiment de solitude, mais en même temps la solitude fait du bien, on peut avoir peur d’être envahi par l’autre. Les limites c’est  : “je ne m’occupe pas des affaires des autres” . 

Saturne en maison VII  attire l’ombre, parce que les personnes que l’on rencontre projettent l’ombre,   le relationnel fait travailler sur l’intégration de l’ombre, petit à petit,  pour la dépasser.On repère plus facilement l’ombre chez l’autre. “Il est plus facile de voir la paille dans l’œil du voisin, que la poutre dans le sien ” dit-on. Mais le but de la relation, c’est l’expansion de notre conscience : ce qui n’est pas moi, la maison VII va être important, parce qu’elle décrit la relation dans l’axe I/VII. J’ai peur d’être comme l’autre, mais je suis relié aux autres ; l’ombre vient toucher mon image, celle de soi-même que les autres nous renvoient. L’ombre se constitue par mon besoin de différenciation, pour pouvoir me distinguer dans cet axe du “je” et du “nous”.

Saturne en maison VII  signe et lieu des contrats et du mariage des amis et ennemis proches : c’est celui qui focalise la peur dans les relations.  Je prends conscience en voyant l’autre,  de ce que je ne veux pas être ou faire, car en  maison VII, on rencontre beaucoup de personnes.

Saturne en maison VII en Lion  c’est un problème de reconnaissance avec le père (Soleil + Saturne) : « mon père m’a laissé trop libre ou pas assez libre », quelle que soit la réalité Ces gens doivent imposer leur loi.

Au contraire, le maitre de I en VII, et de VII en I « je ne peux pas vivre sans l’autre » , mais si c’est l’axe Cancer-Capricorne,  on a quand même une situation délicate avec Saturne sur l’axe.

Pour analyser, on regarde Saturne, le maitre de VII, les planètes en VII et le Capricorne) :  un Saturne en feu (Bélier, Lion, Sagittaire) ne peut pas fonctionner sans du feu : une femme peut être admirative des femmes admirables  ou c’est une  femme ayant peur de  l’enfant qui l’oblige à devenir mère car dans le feu, il y a un côté individualiste, elle ne  voudrait pas être une femme qui s’oublie mais elle a peur d’être sur le devant de la scène. L’ombre de Saturne en Lion ce serait  “quelqu’un de célèbre, qui ne s’occupe pas des autres”, c’est ce qu’on ne veut pas être.  Mais si on a Saturne en Lion , on a quand même besoin d’exister d’une manière personnelle. Saturne en Sagittaire  peur de savoir ou de ne pas savoir, manque d’espace ou a peur des grands espaces, peur d’être enfermé dans les principes ou le contraire de ne pas en avoir (toujours la polarité).

Au niveau du quotidien, Saturne en maison III (maison des Gémeaux – entourage, frère et sœurs, études techniques) c’est soit quelqu’un qui n’a pas d’esprit logique ou bien une peur de ne pas vivre en accord avec soi-même, les autres, l’entourage, les frères et sœurs  qui sont un obstacle, comme un  enfant unique accablé de responsabilités. 

Avec un Saturne en Eau  (Cancer, Scorpion, Poissons) ce n’est pas simple :  je dois me donner les moyens pour analyser l’autre, pour ne plus être envahi par ses ressentis. Il faut des années pour s’en rendre compte. Avec Saturne en Poissons, peur du rêve, d’être un artiste, on peut être fasciné par les créateurs, les musiciens, peur d’avoir été floué au niveau des croyances spirituelles, il doute ! Un Saturne Scorpion a un problème avec son Mars, son Pluton, il mord mais il souffre quand on lui renvoie sa violence. Saturne en Cancer a un problème avec sa mère “intérieure” : la mère laisse en nous la trace fondatrice de notre capacité à aimer : on attend que notre partenaire amoureux soit notre mère, mais  aussi paradoxalement : “Je me suis construit pour résister à ma mère”, j’ai du mal à me protéger de son envahissement psychique”.

Saturne en signes de terre (Cancer, Vierge, Capricorne) et Saturne en Capricorne en maison X : ici  en domicile, c’est la peur du gendarme, il y a une culpabilité, la peur de mal faire ou d’être pris, c’est un hyperactif qui compense  (thème de P. Bruel). Saturne en maison VI, maison de la Vierge, c’est la peur d’être malade (hypocondrie). Si Saturne est rétrograde (R sur les thèmes), on veut ne pas aller chez un médecin. Tout dépend de ce qu’il y a en maison XII , de l’hospitalisation.

Les Saturnes Rétrogrades sont dans une phase d’opposition au Soleil, (toute planète extérieure à la terre, en rétrogradation est  en phase d’opposition au Soleil), l’expérience de vie les amène à prendre conscience de leurs limites et ils ressentent que les modèles sociaux culturels ne leur conviennent pas : “est-ce vrai et bon pour moi ? “. Ils veulent être libre, mais pour être libre, il faut se désengager, donc il faut d’abord s’engager… Le Saturne retro sait plus vite que les autres, que les modèles proposés ne lui conviennent pas, il souffre d’une grande solitude, il intériorise.

Saturne en transit active l’ombre, notamment sur notre ascendant est aussi  important, c’est le démarrage d’un cycle qui nous construit bien que ce soit douloureux, déplaisant parfois. Les aspects de transit de Saturne à Saturne natal sont des aspects génériques : la planète revient à la même place en carré et en opposition à 7, 14, 21, 29, 36,  42, 49, 57, 64 etc environ, avec le même rythme qu’Uranus qui reste 7 ans dans un signe.

 D’après notes de cours de Christian Drouillet .

*on a souvent aussi Jupiter le grand bénéfique qui peut présider à la mort, notamment sur l’ascendant, car il accentue les battements de notre cœur,  régnant sur nos artères.. 

 

Partager avec:

Écrit par 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.