Les crises du secteur VIII

Que ceux qui font de l’astrologie Bisounours, se détournent de cet article !

En somatique afin de comprendre et si possible de soigner l’âme et ensuite le corps, on a fait la relation entre certaines maladies et les mémoires transmises par le clan familial, au sujet d’un défunt disparu par exemple dans les massacres de la guerre de 14/18.

Ceci concerne le secteur VIII du thème natal.  Nous sommes obligés d’aborder certaines situations, qui font partie de notre vie, et notre mort en est une, de même que nos pulsions destructrices prenant naissance en Scorpion.

Vivants dans “la civilisation des loisirs”, certains de nos protections et de nos avantages, de nos frontières défensives, de notre système de santé (bien que le critiquant), nous nous pensions immortels ! Le SRAS Covid , les attentats et les catastrophes naturelles sont venus nous rappeler le contraire. Un peu d’humilité face à notre condition serait la bienvenue, notre arrogance ayant atteint des limites insupportables ! Nous cherchons des boucs émissaires pour tout, de même que des excuses pour nous.

“Le secteur  VIII s’adresse à l’Être* incarné  dans sa phase adulte. La maison VIII ou secteur du thème dédié à notre disparition se réfère , en fait, à la régénération du moi, mais concrètement : ce qui donne corps à la VII, à savoir les problèmes d’argent avec les associés, le conformisme, le but de la relation, la manière de travailler ensemble. 

Mais  elle donne aussi des indices pour réaliser la finalité de sa vie en nous enseignant la façon d’opérer au mieux  les nécessaires transformations  de notre croissance intérieure, ce qui explique la présence d’une maison VIII chargée de planètes dans certains thèmes.

Le secteur VII étant l’opposition du secteur I, quand nous l’abordons, la phase d’opposition est dépassée et résolue en nous associant à l’autre (dans l’axe I/VII, Bélier/Balance), or toute opposition signifie un temps d’indécision  (ici certains n’en prennent jamais). En secteur VIII, nous nous mettons à vivre le début de cette seconde moitié du zodiaque où il faut redéfinir un comportement, comme s’ il s’agit d’une nouvelle existence.  Nous agissons pour nos intérêts, mais nous sommes obligés d’être créatifs dans les limites de cette **programmation.

Les difficultés ici, ont leur source dans la maison VII précédente : les conséquences des unions, leurs avantages et  leurs inconvénients, notre capacité à renaître d’une situation nouvelle, ou l’obligation pour nous, de mourir à certaines de nos habitudes.

Il nous faut apprendre à renaître si besoin. C’est le portail obligatoire pour franchir les niveaux de changement de dimension, les grandes étapes de l’ouverture du champ de conscience.

Le genre de mort qui, selon la tradition, est indiquée ici résulte de la maladie qui causera la mort : cette maladie traduit un point plus vulnérable de notre organisme que d’autres, or nous avons hérité de cet organisme du fait de notre naissance qui est notre première association.

La Lune dans la maison VIII a tendance à signaler un danger pour la mère ou pour l’enfant, durant la petite enfance de l’enfant,  c’est-à-dire à l’époque où l’être utilisant les énergies de sa maison VIII essaie de rejeter hors de son corps, les éléments qui ne le satisfont pas, et  se débat en prenant conscience de l’association dans laquelle il se trouve.

Que ceux qui ont cet aspect ne se choque pas, il y a des naissances difficiles, qui mettent la vie de la mère en danger, mais se passent très bien grâce au progrès. On observe également des saignements dans presque 18% des grossesses,  indiquant qu’il y avait une grossesse gémellaire et qu’un des enfants a été perdu, ce qui par la suite, donnera parfois “le syndrome du jumeau perdu”*, chez l’adulte.

La guerre qui n’est pas du fait du nouveau né, est cependant contenue dans le climat natal des thèmes personnels. On peut le percevoir quelquefois dans les aspects dits générationnels qui disent beaucoup sur une période donnée, les aspects personnels indiquant , peut-être, la chance d’être épargné.

Les conséquences des guerres s’étendent sur les générations suivantes et se logent dans la mémoire cellulaire individuelle : par exemple, on trouve ainsi quatre générations après, des asthmatiques  qui ont eu des grands-pères gazés dans les tranchées . C’est tout le travail de la transgénèalogie.

Quand le secteur VIII natale  peut signaler que, le père ou le conjoint symbolisé par Soleil, Saturne,la mère /Lune, la compagne Vénus/Lune  pourraient disparaître prématurément, ainsi que nos finances (Saturne), ou que des maladies peuvent se produire, c’est que nous héritons de nos ancêtres ce sont des indications générales, et il faut voir l’ensemble du thème, car cela se recoupe avec d’autres indicateurs.

L’héritage dit le lien : soit il peut bousculer notre façon de vivre soit il imposera de nous réorganiser en fonction de son apport, ou en fonction de ce que nous attendions et qui n’est pas arrivé !

Le secteur VIII arrache nos tuteurs, alors que l’on croit qu’il nous serait impossible de vivre sans eux ; la maladie peut aussi s’étendre à l’accident brutal, qu’ on ne considère pas comme lié à une maladie, mais qui au fond est imputable à une déficience de réflexe ou à un mauvais choix. La VIII peut faire le vide, si nous avons « besoin » de cette exigence, mais c’est notre excessive résistance au dépassement de notre Moi qui l’a généré. La fonction de la VIII est de nous aider à franchir les grandes étapes, nous demandant de franchir nos sécurités bloquantes.

Mars en VIII (gérant de la VIII avec Pluton) est souvent l’indication qu’il nous faudra apprendre à nous montrer actifs, pour redresser des situations qui auront tendance à se détériorer. Mars symbolisant une énergie active, prend des initiatives dans un secteur où elle a pour fonction d’entreprendre la désagrégation de ce qui est mal structuré où il faut apprendre à se maitriser (voir si Mars est rétrograde, intercepté, et en tenir compte). En secteur VIII (et en V), on traduit souvent Mars comme l’indication d’un conjoint dilapidateur des biens de l’association, ou bien comme la controverse autour d’un héritage ou encore, comme l’attaque d’un point faible de notre organisme (ou les trois).

La planète Mars, dans un secteur quel qu’il soit, indique toujours que le sujet doit prendre des initiatives dans les affaires de ce secteur pour l’ordonner, mais qu’en cas de passivité les événements l’obligeront à subir les initiatives des autres, dans les deux cas, cela veut dire qu’il y a un désordre et que quelqu’un doit rétablir l’ordre.

La sexualité est située en secteur VIII  mais elle relève aussi de la V : la sexualité est une énergie à partir de laquelle nous pouvons générer du pouvoir, la VIII nous demande de la mettre au service de l’union. Si cette énergie est désordonnée, puissante, exigeante, la situation née de l’union en VIII va exiger que le pouvoir soit basculé au service de la croissance de la conscience et non plus l’expansion de la matière, comme en V. L’acte procréateur relève de la V et, la prise en charge des enfants de la VIII.

Les énergies de la VIII nous invitent à oser dépasser nos habitudes sécurisantes pour  aller vers cet inconnu de nous-mêmes, nous menant de crise en crise, jusqu’à ce que nous découvrions le portail par où passer, afin de trouver un espace nous permettant de libérer les énergies qui nous contraignaient et risquaient de nous détruire.

Il faut se « débarrasser » de tout ce qui est devenu inutile et qui tient la place de ce qui doit naître  dans la maison IX.  

Tandis que la Maison II relève du signe du Taureau, de la Vénus Taureau et de la Lune, nous permettant d’acquérir des moyens physiques terrestres, la Maison VIII est la maison de Pluton, dieu de la fécondité souterraine qui transformait en vivants , les morts, à l’image symbolique des grains de blé jetés en terre.

Texte d’après Ferdinand David,

*le syndrome du jumeau perdu décrit un malaise , la recherche d’un double perdu

** rappelons que “le déterminisme n’est pas une fatalité” selon Cyrulnik

 

 

 

 

 

Partager avec:

La femme ou l’homme de “votre vie”

Beaucoup de personnes romantiques attendent toute leur vie  “l’homme de ou la femme de leur vie” : disons-le tout de suite, ceci est un fantasme qui fait négliger une rencontre toute simple qui pourrait devenir autre chose avec un peu d’attention à l’autre !

La personne que vous désirez rencontrer n’existe que dans votre imaginaire : elle vous comprend, elle est intelligente si elle a une situation suffisamment bonne selon vos critères personnels, elle est surtout désirable parce qu’elle vous plaît selon les schémas habituels (votre genre de beauté n’est pas toujours très personnel).

Aussi le jour où une personne différente s’intéresse à vous, vous passez bêtement votre chemin, parce que vous ne la jugez pas conforme à l’élu(e) de votre vie ! Certains moins catégoriques ou plus indulgents, font un essai qui peut s’avérer concluant, ils ne fuient pas à la première déception (il ronfle, elle parle trop, plus grave, elle veut un enfant et vous n’êtes pas prêt), bref, ils acceptent l’humanité de l’autre, là où d’autres passent leur vie en errance en se disant “qu’il vaut mieux être seul que mal accompagné”,  surtout quand ils entendent se plaindre ceux qui ont un conjoint.

Pourquoi avons- nous des préjugés sur le sexe opposé ? Qui nous a mis tout cela dans la tête ? A cette question il faut répondre, nos mères et pères, qui nous ont accablé de conseils ou nous ont montré un mauvais exemple, et on trouve dans la maison XI, le leg des mères qui ont mis le joug sur l’esprit des filles, avec des planètes plutôt difficiles.

En général, le schéma bourgeois est de mise ; encore actuellement, en Indes et même en Chine, les parents veulent choisir le partenaire de leur fils ou fille, d’après les critères financiers, de sécurité pour les femmes qui seront des épouses et des mères, et  de beauté du côté des garçons, pour avoir la fierté d’être l’époux d’une belle femme que la famille a carrément achetée. Ce sont des coutumes ancestrales, et quand l’épouse ne satisfait plus, on peut la répudier. L’homme est puissant mais il n’est pas forcément heureux : il peut tomber amoureux de la marchande de fruits pauvre de son quartier, mais il doit y renoncer.

Dans le monde des femmes libérées, cela ne vaut guère mieux et dans tous les milieux, les anciens critères ont la vie dure : une femme belle vend sa beauté au plus offrant (les exemples sont légions), une femme qui a des diplômes prétend  avoir l’équivalence avec son compagnon : on se coopte entre soi , la sécurité, l’offre et la demande sont toujours les critères.

Un ancien dicton disait “maries-toi, chez toi” : alliance des familles , des entreprises, éviter la division des héritages à la campagne. Et, on ose parler romantisme !

Cet homme ou cette femme sont souvent imaginés à partir de films,  vus dans l’enfance, de livres lus avec délectation (Lady Di lisait Barbara Cartland, d’autres ont lu “Vol de nuit”) , on rêve des  femmes blondes,  immenses, des magazines (alors que la moyenne française est à peine d’un mètre soixante) et d’ hommes avec les muscles de Rambo , mais on veut qu’ils soient capable de faire  la tarte que faisait maman et le bricolage de papa, à qui rien ne résistait !

Donc finalement, qu’est ce qui est en jeu dans une rencontre qui dure ?

Parmi les rencontres que nous faisons spontanément , il y a celles qui sont des tests pour nous jauger, il y a  les retrouvailles de personnes que nous sentons infiniment proches alors que nous ne les connaissions pas, mais ce n’est jamais pour une totale harmonie ; alors on hésite, mais où serait le challenge, s’il fallait toujours être d’accord, et que la vie se passe sans anicroches d’aucunes sortes ?

Nous avons quelque chose à apprendre de l’autre, et cela demande un minimum d’efforts, en échange de quoi, nous progressons sur la voie humaine et spirituelle : l’autre n’est pas notre pourvoyeur de confort, de bonheur. Cette attitude, totalement égoïste, montre une immaturité chez des personnes qui se croient infiniment supérieures aux autres, et qui demandent la perfection, alors qu’elles doivent elles-mêmes évoluer.

Voici ce qu’il faudrait savoir de soi-même et de l’autre : 

K. G. Jung  a nommé anima les caractéristiques féminines chez un homme et  animus, les caractéristiques masculines chez une femme, probablement en découvrant le yin et le yang asiatique au cours des ses voyages ;  le terme anima fait référence à ce que l’homme possède de féminin en lui,  et caractérise souvent la femme idéale  et l‘animus en même temps que la part masculine d’une femme est aussi l’image idéale que la femme a de l’homme.

Elle est active , elle aimerait un homme actif, mais elle va attirer un homme plutôt relax parce que lui recherche justement un fort animus chez sa partenaire, il a déjà ce qui lui faut en terme d’anima.

Ces ressentis  ont souvent peu de rapport avec les relations réelles qu’une personne peut vivre, qui sont influencées par des images issues de la petite enfance notamment, tel qu’il est défini par les parents. Pour avancer, une personne doit en prendre conscience.

En astrologie, les planètes féminines (Lune, Vénus) et masculine (Soleil, Mars) indiquent les caractéristiques de l’anima et de l’animus, ou du yin et du yang.

Chez un homme hétérosexuel, et peut-être aussi homosexuel, la maison et le signe zodiacal de Vénus et de la Lune ainsi que leurs aspects, reflètent son anima.

Par exemple, si la Vénus d’un homme est en Scorpion, il cherchera inconsciemment un partenaire profondément passionné qui ne craint pas les aspects les plus sombres de la vie. Si, au contraire, le Gémeaux est son signe dominant, il sera inconsciemment attiré par un ou une partenaire gaies et intellectuelles, qui n’est pas à court de vocabulaire. 

Dans l’horoscope d’une femme hétérosexuelle, la maison et le signe zodiacal de Mars et du Soleil, ainsi que leurs aspects donnent un aperçu de  son animus,  donc un Mars en air, lui ferait “théoriquement” rechercher un  homme de type Verseau, Gémeaux, ou Balance. Mais tout n’est pas si simple, un individu est beaucoup plus complexe, alors deux individus….

Pour les deux sexes, le type de personne vers laquelle l’individu est attiré peut être vu par le signe situé sur la cuspide de la septième maison et son gérant planétaire, ainsi que par toutes les planètes pouvant se trouver dans la septième maison, mais pas seulement, il faut aussi voir les planètes citées précédemment. En effet, ses planètes bien que nous appartenant, sont projetées sur l’autre.

Les hommes qui acceptent leur propre «féminin intérieur» et les femmes acceptant leur propre «masculin intérieur» , plutôt que de rechercher individuellement quelque chose d’ extérieur à eux-mêmes sont bien mieux dans leur peau et peuvent plus facilement vivre en couple.

Les hommes peuvent développer leur propre côté bienveillant et nourricier avec la Lune, Vénus, tandis que les femmes peuvent développer leur courage et leur autonomie  avec Mars, et le Soleil en utilisant leurs horoscopes comme outils de prise de conscience de soi .

Avec ce schéma on croit avoir tout dit : et bien pas du tout !

Nous faisons  des synastries (des comparaisons) basées sur les approches classiques : Soleil de l’un sur  Lune de l’autre, et Mars de l’un sur la Vénus de l’autre, on cherche les rapports de trigones entre les deux, les approches positives, on chasse les carrés en pensant à l’échec.

En fait dans la pratique on constate ceci : comme toujours chez l’humain, pour s’appareiller pour la vie, on va agir égoïstement, on va demander à l’autre de nous apporter ce qui nous manque Ainsi quelqu’un qui a un axe de signes interceptés, va aller vers celui qui a un amas de planètes dans ces signes  qui chez lui sont relativement inactifs, de manière à ce que l’autre prenne en charge ses manques, donc en fait on projette totalement.

Plus karmiquement c’est à dire , par une attraction fatale, les axes nodales des deux partenaires  vont se trouver l’un sur l’autre ou en position inversé  dans les mêmes signes ou même dans un axe de maisons équivalents (exemple un axe Taureau-Scorpion pour l’un et dans l’axe II/VIII équivalent , mais avec d’autres signes pour l’autre), ce qui démontre  qu’on a  déjà vécu quelque chose dans une autre vie, qui demande à être terminé dans celle-ci. 

On voit aussi  les axes ascendants-descendants de l’un sur l’axe milieu du ciel-fond du ciel du partenaire, montrant qu’on va s’aider mutuellement, qu’on va évoluer ensemble. En fait, on cherche un appui, soit pour terminer quelque chose de vie en vie, soit pour accomplir quelque chose. C’est pour cette raison qu’on voit toujours des couples  étonnants dans notre entourage.  

Rien n’est dû au hasard, ce n’est pas une question simple d’attirances, c’est bien plus que cela. Celui qui part avant la fin en quittant l’autre, refuse en quelque sorte de l’aider, ou d’évoluer, selon les cas :  trop de gens consomment le couple comme un repas où ils veulent se servir la meilleure part. Ainsi, quand une femme est trop vieille, son conjoint la remplace, quand il est trop fatigué, malade ou au chômage, elle laisse tomber son compagnon, échouant dans sa part du contrat, aussi ils reviendront encore ensemble, en tant que partenaire ou  sous la forme de frères et sœurs, parents et enfants , employé et patrons et souffriront.(Naturellement, ceci ne concerne que ceux qui y croient).

Le couple est une sorte de chemin de Compostelle.

 

Partager avec:

Comment analyser le karma en astrologie

VPsyche ouvrant la boite dorée - John William Waterhouse-1903oici comment l’astrologue Stephen Arroyo explique le karma dans son livre “Astrologie, karma et transformation.” Mais néanmoins, je ferais des ajouts parce que depuis, d’autres astrologues nous ont éclairés.

Il y a trois sortes de karmas :  un karma physique, émotionnel, un karma qu’on se crée  : on aurait la liberté de ne pas s’en créer, mais c’est justement celui  découlant de l’émotionnel qui nous fait agir impulsivement, pour avancer dans notre existence en tant qu’humains,

un karma en réserve  qui n’est pas dans le thème , ce sur quoi s’accordent tous les chercheurs et qui se situe sans doute dans les transits de planètes que l’individu  devra vivre et affronter durant sa vie, avec les événements de la période dans laquelle il vit.

Nous nous trouvons actuellement tous ensemble face au Covid, comme il y a cent ans, nos grands parents se sont trouvés, avec des aspects de transits assez similaire, avec la grippe dite espagnole.

La position d’une planète dans le thème montre le poids sur la planète : elle est bien ou mal placée en signe et en maison.

Ensuite elle reçoit ou pas des aspects qui sont de deux sortes, les bons et les difficiles, mais les deux ne sont pas aussi tranchés dans la réalité pratique, car les bons peuvent nous jouer des tours pourtant les bons aspects de sextils et de trigones sont le bonus des vies antérieures.

Voici ce qu’on dit des aspects difficiles :

 Le carré* indique des forces qui ont des objectifs et doivent s’harmoniser au sein de l’individu.

Les oppositions des tendances d’expression complémentaires perçues dans les relations avec les autres, pour prendre conscience de soi et d’autrui.

Les conjonctions qui présentent un aspect  stressant demandent de comprendre l’entrave représentée par le secteur de vie, l’objectif majeur de l’incarnation.

Ensuite, viennent les éléments et leur destination du point de vue de la correction karmique :

Les quatre éléments Feu, Terre, Air, Eau indiquent les niveaux de la vie réelle, que l’on peut expérimenter, l’élément où se trouvent les planètes montre quels types de désirs et d’entraves sont les plus forts pour nous :

L’élément Feu indique l’égocentrisme (s’il n’est pas reconnu par la personne), l’impulsivité : on doit développer la patience, la sensibilité, l’humilité, la soumission à l’ordre “divin”. On doit apprendre à demander de l’aide : trop d’attachement à l’action nuit à la vie intérieure. Actuellement, ce sont eux qui souffrent le plus avec….

L’élément Terre : c’est l’attachement excessif aux valeurs terrestres, aux sens physiques, aux possessions, au confort, à la réputation, au sentiment de sécurité qui pèse tellement qu’il  compense l’absence de joie pure de toute entrave  : éprise de pensée pratique, on n’autorise jamais une activité transcendante à s’insinuer dans le mode de vie personnel !

L’élément Air : il faut de la discipline dans la façon de communiquer avec les autres, le mode de processus de pensée doit être de lutter contre les projections, les fantasmes, la rationalisation, trop d’attachement aux preuves scientifiques, à la raison : « l’intellect est un bon serviteur et un  piètre maître ».

L’élément Eau : on devrait raffiner ses émotions, son mode d’expression émotionnel,  une tendance obsédante à les exprimer, on devrait  la canaliser, cesser de lui accorder la priorité

Les signes qui sont un peu plus karmiques (mais pas les plus malheureux s’ils comprennent ce qu’ils sont venus faire ici-bas) sont la Vierge, les Poissons (axe VI/XII), le Scorpion, le Cancer , de même que les maisons en rapport axe VI,VIII, XII, et la IV.

La Vierge entraîne un travail physique , le devoir est le moteur, la purification de l’ego

Les Poissons indiquent un désordre et une confusion émotionnels, la purification des émotions et des images mentales karmiques est nécessaire

Le Scorpion : avec ce signe il faut faire face aux désirs vrais et comprendre le pouvoir de ses désirs ; leur suspicion et leur défiance à l’égard d’autrui vient du fait qu’ils savent  combien l’on peut être impitoyable, il y a un écartèlement entre l’habitude et le désir de renaître.”

Le Cancer est empêtré dans ses histoires familiales, et il passe de la polarité Cancer à celle du Capricorne , se fermant totalement ; il faut qu’il apprenne à respecter sa différence dans sa propre famille, et qu’il s’individualise afin de vivre ses expériences sans être le prisonnier de l’opinion du clan, tout en gardant la bonne distance. La maison IV est celle de la transmission du nom  et des langages familiaux nous attachant plus qu’aucun fil à nos ancêtres.

Tout n’est pas si sombre  si les personnes prises dans les nœuds de leur vie, sont capables de tout remettre en question, avec suffisamment de capacité de récupération pour se relever de graves fatalités : parmi celles-ci  le signe du Scorpion est champion de la résilience.

Tout est karmique dans un thème puisque celui-ci est le reflet d’un individu qui dans ses actes et ses choix cherche son bonheur.

(Lire aussi le livre de Jean-François Berry, “Le chant de la résonance”, Lassalle  : “astrologie Initiatique et Karmique”).

 

Partager avec:

Diffusion du Covid : aspects

Quand irons nous vers une amélioration, ne cesse-t-on de nous demander ?

Une spécificité de ces aspects lents difficiles, que nous connaissons actuellement est, qu’ils vont disparaître comme ils sont arrivés, doucement et progressivement. Depuis que je parle des trois ténors, vous avez compris que je désigne cette extraordinaire conjonction entre Pluton-Jupiter et Saturne dans le signe du Capricorne.

Par une synchronicité qui fait , qu’on ne peut que saluer la mathématique de l’univers, nous sommes  maintenant encore dans une conjonction exacte de Jupiter- Pluton à 22° comme au moment du pic d’épidémie du mois d’avril (voir zodiaque à la fin) où elles étaient à 25° (entre temps elles ont rétrogradé).  Il faut bien le dire, cette conjonction amplifie la violence létale de Pluton , le seigneur des profondeurs, au sens symbolique.

Actuellement, ces planètes font un carré avec Mercure , régent du nœud nord, indiquant  une tonalité karmique ; l’aspect karmique se situe dans les événements fatals  que nous vivons collectivement. Et ce n’est pas en prenant des boucs émissaires que cela changera quelque chose, la transformation nous est imposée de l’extérieur, nous ne sortirons pas de cet événement, sans changer un peu la mentalité de la société dans laquelle nous vivons tous,  sans exception. 

 

Ces aspects très durs prendront  fin progressivement puisque les planètes avancent lentement  finissant leur marche en

Capricorne, n’y laissant que Pluton. 

Voyez comme c’est étonnant tout d’un coup, après des mois, Saturne et Jupiter en quasi synchronicité entrent en Verseau le 18 et le  20 décembre, puis quinze jours après, Mars entre en Taureau.

 

 

 

 

 

Bien qu’on puisse penser à juste titre que les énergies vont changer, ce qui est le cas, nous aurons encore des carrés, aspects d’efforts. Il n’y aura pas d’effet magique !

La force Verseau, une force d’éveil, sera encore amplifiée avec Jupiter et Saturne passant progressivement de la répression à l’ouverture ,  mais comme les deux planètes , puis une seule, Saturne formeront (toutefois en conjonction dissociée avec Pluton)   des carrés avec leur maître Uranus (et avec  Mars en Taureau), des sursauts de révoltes sont prévisibles (voir carrés du 31 janvier).

Ceci est toujours amplifié aux nouvelles Lunes et aux pleines Lunes, notamment quand se produira la conjonction Soleil Saturne le 26 janvier.

On ne passe pas de l’obscurité à la lumière d’un coup

Il faut patienter car avec l’ entrée du Soleil en Poissons au 18/2 où Pluton est trigone à Mars, malgré les carrés nombreux entre l’amas en Verseau et l’amas en Taureau.  La Lune noire aura cependant quitté Chiron notre appui, notre guérisseur !.

Au moment de l’entrée du Soleil en Bélier le  20/3 et dès l’entrée de Mars en Gémeaux (4 mars), qui fera un trigone aux  planètes lentes en Verseau, il ne subsistera plus que le carré dissocié de Saturne en Capricorne  à Uranus en Taureau , qui déjà est moins méchant puisqu’il s’agit de s’entendre entre signes de terre !

Cette période risque donc, d’être meilleure mais chaotique  d’autant que cela aura duré une année entière

Bien qu’on soit à la recherche d’un vaccin, nous devons encore attendre et surtout jouer collectif, coopérer comme nous le pouvons au lieu de diviser avec des rumeurs stupides  qui ne profitent à personne, des tentatives de déstabilisation qui pousseront plutôt au désespoir les personnes qui vivent seules. 

Partager avec:

“we can breathe” : Joe Biden est élu***

Joe Biden a été élu, 46e président des États-Unis ; les avocats de Trump  courent derrière lui avec des allégations de fraudes. Qu’importe, il aura plus que les voix de Pennsylvanie, quand tous les votes des  bulletins dits frauduleux , seront dépouillés. On ne change pas les régles quand on perd, ce que le perdant veut faire, et même s’il y a eu des votes annulés, le fait que la majorité des américains pour une fois, a voulu voter fait que le nombre de votes dans les deux camps adverses, a augmenté de façon significative, tant d’un côté que de l’autre : certains recours ont déjà été déboutés, la différence du nombre de votants étant suffisamment grandes pour qu’on ne recompte pas, ceci dit pour ceux qui ne sont pas d’accord.

Et, autre fait, positif pour les femmes libres et indépendantes,  l’élection de Kamala. Harris , première femme  sénatrice,  devenue vice présidente de l’histoire des USA* après la chute de la maison Clinton. Son discours émouvant, clair, était à lui seul, celui d’une future candidate.

Voici les transits sur le thème de Joe Biden :

“Les trois ténors” sont en aspect de sextil avec son Mercure en en secteur XII, et même son Mercure progressé est en conjonction avec eux (Mercure symbolisant les bulletins de votes, et Jupiter leur grande quantité, Pluton étant la force et la violence de ce grand renversement).

Avec ses planètes en secteur XII, Joe Biden vient pour soigner, réparer, quatre ans  d’injustices, commises au nom  du seul profit, rien que du profit, comme l’humaniste qu’il veut être (non pas le socialiste comme disent les détracteurs). J’ai vu éclater en sanglots à l’écran, sur CNN, un  magnifique  grand african américain en costume trois pièces, au côté des journalistes : “nous allons pouvoir respirer, nous retrouvons l’espoir”. Joe Biden est plus battant que jamais  avec un Mars progressé en exaltation  en Capricorne pour devenir le président de tous les américains.

On peut voir  qu’il a une conjonction Lune progressée-Vénus progressée, en exaltation en Poissons (signe holistique) dans la maison III.  Aidé par la Lune, son Soleil progressé  en Verseau va  promouvoir une protection  de  l’environnement, apporter une aide aux plus fragiles, ramener une forme  d’entente   entre  les WASP** et les derniers arrivants sur le sol américain , la fin “d’une ère sombre de diabolisation”***.

May God help him !***.

*Cette élection fait suite à deux faits relativement marquants dans l’histoire américaine: l’élection comme  représentante de New-York au congrès d’Alexandria  Ocasio Cortez,  serveuse, d’origine hispanique et l’élection de Cori Bush,  infirmière, mère,  pasteure, première femme noire représentante  du Missouri , élue  au congrès, après qu’elle ait pris part dans le mouvement “black Lives matter” suite au lâche l’assassinat de  Ferguson.   

** WASP, abréviation pour White Anglo Saxon Protestants, en référence aux premiers blancs anglo saxon protestants qui ont mis les pieds en Amérique, selon la vision américaine, considérant qu’ils sont les seuls  véritables américains et, qu’ils forment une véritable aristocratie. Cette vision forme la base de la division que certains ont encouragé durant quatre ans.

*** sur CNN, on a vu un meeting dans lequel une jeune femme blanche paraissant fanatique, de l’équipe de Trump faisait face à un public pro Trump, une séance de diabolisation pour la victoire ,  contre les électeurs de Joe Biden, , en prononçant des paroles incantatoires,  sorties des grimoires de sorcières de l’époque du KKK, un vrai spectacle d’Halloween si ce n’avait pas été sérieux. Nous sommes en face d’un fanatisme qui est totalement affolant.

**** 14 décembre : vote des grands électeurs

“Le système électoral américain est une élection à suffrage indirect, cela signifie que les citoyens ne votent pas directement pour le président mais pour des grands électeurs affiliés à des partis, qui eux votent le 14 décembre pour le chef d’État américain. Réunis en collège électoral, les 538 élus se retrouvent dans leur État respectif et transmettent ensuite avant le 23 décembre leur vote au Sénat à Washington. Chaque grand électeur respecte généralement son intention de vote.

Le 6 janvier : le Congrès nomme le président nouvellement élu

La chambre des représentants et le Sénat se retrouvent pour une séance commune et comptent le nombre de votes reçus des grands électeurs. Les parlementaires s’assurent aussi de la validité de chacun des scrutins.

Si un des deux candidats récolte plus de 270 votes, soit la majorité absolue, le vice-président, actuellement Mike Pence, annonce alors officiellement le nom du prochain président des États-Unis.” selon Figaro magazine

 

Partager avec: